Situation toujours instable à Fukushima

Le dispositif de refroidissement du réacteur n°6 s’est temporairement arrêté ce jeudi 25 juillet pendant environ deux heures. Il a été remis en service un peu après midi, heure locale, a déclaré l’opérateur de la centrale, Tepco.

Un garde à l'entrée de la centrale de Fukushima en avril 2011 (© Steve Herman)

Un garde à l’entrée de la centrale de Fukushima en avril 2011 (© Steve Herman)

Depuis le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, les incidents sont devenus quotidiens à la centrale Fukushima Daiichi. Outre les fuites d’eau hautement contaminée qui continuent à polluer l’océan Pacifique, ce nouvel incident survenu à 10h20 environ, heure locale, lors d’un test de groupe électrogène de secours, a été résolu à 12h20. Bien que le système de refroidissement ait pu être relancé, l’origine du problème reste toujours inconnue. La commission de régulation de l’énergie nucléaire a déclaré que « le dispositif de refroidissement ayant pu être relancé, il n’y a plus aucune crainte à avoir ».

Outre ce nouvel incident, une vapeur dont l’origine reste inconnue s’échappe de façon épisodique au-dessus du bâtiment du réacteur n°3 depuis maintenant une semaine. La compagnie affirme que les paramètres relevés montrent qu’il n’y a aucune surchauffe dans le réacteur pouvant expliquer cette vapeur. Le réacteur n°3 est l’un des trois de la centrale dans lesquels le combustible nucléaire a fondu. Il a également subi une explosion d’hydrogène soufflant le toit du bâtiment à la mi-mars 2011.

Ces successions d’incidents rappellent que la situation à Fukushima reste instable même si depuis décembre 2011, elle est considérée comme étant sous-contrôle.

Quentin Guyomard – sources : Asahi Shinbun, Yomiuri Shinbun, Le Monde