Suzuki se maintient dans le vert

{{Malgré une chute de près de 18% de ses ventes à 2.469 milliards de yens (18,8 milliards d’euros), le constructeur japonais a dégagé un profit net de 28,91 milliards de yens (220 millions d’euros) sur l’exercice 2009-2010 clos en mars.
}}
Les économies ont payé. Le constructeur de deux-roues et mini-voitures japonais Suzuki vient d’achever son exercice 2009-2010 clos en mars, avec un bénéfice net de 28,91 milliards de yens (220 millions d’euros), en légère hausse sur un et un bénéfice d’exploitation en progrès de 3,2%, à 79,37 milliards de yens.

Une résultat, plutôt rare dans un contexte difficile pour l’automobile, et qui doit beaucoup aux mesures d’économies internes mises en place par le constructeur.

Car côté ventes, le japonais a souffert. En l’espace d’un an, son chiffre d’affaires a en effet chuté de 3.005 milliards à 2.469 milliards de yens (18,8 milliards d’euros), pénalisé surtout par son activité deux roues

Côté deux roues, Suzuki a en effet vu ses recettes fondre de moitié, sous les effets combinés de taux changes défavorables liés un yen élevé et d’une forte baisse des achats de scooters et motos. Sur l’année fiscale 2009, le japonais n’est ainsi parvenu qu’à écouler 1,26 million de deux roues (dont 1,18 million à l’étranger), soit 563.000 de moins que sur l’année précédente.

Côté automobile en revanche, le constructeur a su tirer profit des mesures fiscales en faveur des petits véhicules écologiques mises en place par le Japon ainsi que de son expertise dans le domaine des mini-voitures, notamment très appréciée en Inde, où il domine ce segment. Il a ainsi réussi à limiter le recul de ses ventes mondiales à 73.000 unités sur un an, avec quelque 2,25 millions de voitures livrés sur les douze derniers mois (dont 1,54 million à l’étranger). Mais il a également souffert des effets de change.

Résultat : le chiffre d’affaires de la branche auto a chuté de 13,5 % sur un an, à 2.184 milliards de yens. Mais grâce à un contrôle sévère de ses dépenses internes et de ses coûts d’approvisionnement en matières premières, celle-ci a réussi à améliorer son bénéfice de 31,2%,.

Pour l’exercice en cours, le japonais table sur une légère hausse de son profit d’exploitation (+0,8% sur un an) à 80 milliards de yens ainsi qu’une amélioration de son résultat net à 30 milliards de yens pour un chiffre d’affaires consolidé en progrès de de 1,3%, à 2.500 milliards de yens.

Si les économies internes devraient rester de rigueur, Suzuki attend aussi des économies d’échelle de son association récente avec le numéro un allemand de l’automobile, Volkswagen.

[Source : Les Échos->http://www.lesechos.fr/info/auto/020531205948-suzuki-se-maintient-dans-le-vert.htm]