{{Longtemps désintéressé du débat politique, l’électorat japonais a pris ses responsabilités en renvoyant dans ses pénates le Parti libéral démocrate. Symbole de cet éveil inattendu, Yoshi en a profité pour sortir du mutisme dans lequel il s’était cloîtré depuis plusieurs années.}}

Au début de l’année, Yoshi était encore « une entité chromosomique », un Y ascète qui s’était juré de ne plus jamais frayer avec la société nippone, à la pression écrasante. Dans le vocable local, Yukio était un hikikomori, un désaxé parmi les quelques dix millions d’inadaptés « recensés » à travers l’archipel.

Fils aîné d’une famille tokyoïte plutôt aisée, il vivait cloîtré dans sa chambre depuis « une paire d’années ». Il ne s’en extrayait que pour satisfaire à des besoins élémentaires, souvent nocturnes. A presque 30 ans, il était le symbole joufflu de l’enfant-roi, produit du miracle économique japonais des années 80 et symptôme cruel de la dépression qui a frappé la décennie suivante.

Et puis, au crépuscule de l’année 2008, le naufragé volontaire a perçu un changement depuis sa prison de verre. Internaute compulsif, Yoshi a d’abord senti l’atmosphère se réchauffer, le ton monter. Quand il a senti revenir le vent mauvais de la récession et du malaise social, celui-là même qui l’a poussé sur la touche, les rares poils de son visage glabre se sont hérissés.

« {Pour être honnête, je ne m’étais jamais intéressé à la politique jusqu’à présent}, confesse-t-il. {Pour moi comme pour beaucoup d’autres, les règles du jeu étaient simples: le PLD (Parti libéral-démocrate) tenait la barre, et les citoyens ramaient.} »
{{{
D’enfant-roi à citoyen engagé}}}

Chemin faisant, il s’est mis à suivre la campagne, « {de loin au début, puis un peu plus passionnément, à mesure que le résultat se précisait} ». Sans qu’on sache qui a entraîné l’autre, sa mère, plutôt traditionaliste, a aussi décidé d’opérer un virage à gauche, « même si c’est d’abord pour sanctionner le comportement des politiciens au Japon ».

Bien loin de l’aphasie qui le bridait jusqu’alors, le volubile Yoshi n’hésite plus à dénoncer « {le népotisme, le clientélisme et la corruption d’une machine tentaculaire} », dont les rouages ont fini par épuiser un peuple réputé pour sa capacité à encaisser les coups. « {Depuis un demi-siècle, un seul parti a régné en maître sur le Japon}, s’emporte-t-il encore. {C’est terminé} ».

Alors oui, le jeune homme vit toujours dans le vaste appartement parental de Meguro, le quartier chic du sud-ouest de Tokyo, prisé par les expatriés, les diplomates et la nouvelle bohème. Il se montre déjà prudent face à une alternance aussi soudaine qu’incertaine. Peut-être s’agit-il d’un feu de paille.

Mais ce scrutin « révolutionnaire » –comme se plaît à le répéter Yukio Hatoyama, le futur Premier ministre– permet de tirer un enseignement vital: aussi passif soit-il, l’électorat peut à tout moment reprendre les rênes de la vie politique. Yoshi, lui, a pu récupérer la vie qu’il s’était lui-même confisquée. C’est aussi ça, la démocratie.

[Source : Olivier Tesquet pour L’Express->http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/la-mue-japonaise_783729.html]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentJapon: Hatoyama repousse la désignation de ses principaux ministres
Article suivantSony constate un fort regain de ventes au Japon et prépare la fin d’année