Si la question du thon rouge a fortement mobilisé l’opinion publique avant l’ouverture de la Conférence de la Cites, réunie à Doha, le sort de beaucoup d’autres espèces menacées est discuté actuellement au Qatar dans une relative indifférence. La Cites a refusé de protéger plusieurs espèces de requin menacés d’extinction, comme le requin-marteau.
C’est la soupe à la grimace chez les défenseurs des requins. Considérée comme argumentée, la proposition des Etats-Unis de classer le requin-marteau halicrone (Sphyrna lemini) à l’Annexe II de la Cites a été rejetée, n’obtenant pas la majorité des deux tiers requise. Pourtant, la population du requin-marteau aurait chuté de 83 % en Atlantique Nord-Ouest entre 1981 et 2005 et de 50 à 64 % dans d’autres zones, selon la FAO.
Le même sort a été réservé à la proposition de classer également le requin océanique (Carcharhinus longimanus ou requin à longue nageoire). L’opposition systématique du Japon, grand consommateur de ces poissons, a permis de bloquer cette protection.

En danger critique
Ces deux espèces figurent sur la liste rouge de l’UICN (Union mondiale pour la conservation de la nature) comme espèce « mondialement en danger » et même en « danger critique » pour le requin océanique en Atlantique-Ouest. Recherchés pour la qualité de leurs ailerons, ces grands poissons à croissance lente se reproduisent peu. Leur classement était recommandé par l’UICN et la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation.
Sur les 4 espèces de requin proposées à la Cites, seul le requin taupe a finalement obtenu la protection de la Convention, qui autorisera désormais son commerce qu’accompagné de certaines garanties quant à sa préservation. Essentiellement pêché dans les eaux tempérées de l’Atlantique Nord-Est, le requin taupe ou Lamna nasus a bien été considéré comme une espèce « en danger » et à ce titre son commerce sera accompagné d’avis de commerce non préjudiciable à l’espèce, afin d’en réguler les prises.
Depuis l’ouverture de la Convention le 13 mars dernier, le requin taupe est la seule espèce marine commerciale à rejoindre les Annexes de la Cites, après notamment le rejet du thon rouge. (voir l’interview de Jean-Marc Fromentin sur le thon rouge sur Enviro2B) Déjà en grand danger, plusieurs espèces de requin pourraient à terme quasiment disparaître des océans, victimes du commerce de leurs ailerons.

Coalition asiatique menée par le Japon
Soutenu notamment par l’Indonésie et la Chine, grands consommateurs également de soupes à base d’ailerons de requin, le Japon est parvenu jusqu’ici à bloquer, au Qatar, toute réglementation limitant la pêche et le commerce de ses grands poissons, pourtant en grand danger.

[Source : enviro2b.com->http://www.enviro2b.com/2010/03/23/le-japon-sauve-sa-soupe-mais-pas-les-requins/]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentMaitre Vador se rend au Japon : La Force…
Article suivantUn simulateur permet de voir son visage tel qu’il serait maquillé