Ce soir sur Arte: Le Japon, l’empereur et l’armée

{{Vingt ans après la mort de Hirohito, qui ne fut jamais inquiété pour les crimes commis par son armée pendant la Seconde Guerre mondiale, une passionnante enquête historique et politique sur le militarisme au Japon.}}

Chaque année, le 15 août est au Japon une date problématique. Du moins depuis 1985, quand le Premier ministre Nakasone, en ce jour anniversaire de la capitulation, et pour la première fois depuis 1945, vint s’incliner devant les soldats morts pour la patrie au sanctuaire de Yakusuni, inaugurant ainsi une tradition vivement contestée à l’étranger, mais aussi à domicile. Car dans ce bastion du conservatisme, voire du révisionnisme, on honore jusqu’aux pires criminels de guerre – dont le général Tojo – jugés et condamnés sous l’occupation américaine au nom des millions de victimes asiatiques de l’armée japonaise entre 1937 et 1945. Quelle place tient aujourd’hui au Japon ce passé militariste ? Une enquête fouillée, nourrie d’archives et d’entretiens, pour éclairer le contexte historique et politique d’une question fondamentale, qui prend racine dans l’immédiat après-guerre.

{{La cinquième armée du monde}}

Dans les décombres de la défaite, le Japon rebâtit sa puissance économique à l’ombre de l’Amérique, autour de deux points fondamentaux : l’article 1, sauvegardant le statut de l’empereur, désormais sans pouvoir, et par là exonéré de toute responsabilité pour les crimes de guerre ; et l’article 9, qui établit le principe de non-belligérance. Même si Tokyo va mettre sur pied une armée terrestre considérée comme la cinquième au monde, il ne s’agit que d' »autodéfense ». Le camp nationaliste n’a jamais baissé la garde, tandis que l’opinion reste divisée. Un débat restitué ici dans toute sa complexité.

{{{mercredi, 25 mai 2011 à 21:35 sur Arte}}}
– Rediffusions :
– 31.05.2011 à 10:15
– Le Japon, l’empereur et l’armée
– (France, 2009, 91mn)
– Réalisateur: Kenichi Watanabe

© 2011 source: [arte.fr->http://www.arte.tv/fr/programmes/242,dayPeriod=evening.html]

© 2011 Crédit photo: Thierry LEMOINE ([www.hi-no-de.com->www.hi-no-de.com])