Dans la revue de presse du jeudi 30 novembre, nous aborderons : la prise de parole par le Prince héritier Fumihito sur la famille impériale, la demande de l’arrêt des vols des avions Osprey par le Japon, ainsi que des propos racistes tenus par un dirigeant d’une grande entreprise de cosmétiques.

Nouvelle dynamique

C’est à l’occasion de son 58ème anniversaire que le Prince héritier Fumihito a souligné la nécessité d’une révision des responsabilités officielles au sein de la famille impériale en tenant compte du vieillissement des membres ou de leur départ de la maison royale. Il a exprimé la difficulté de transmettre des fonctions officielles face à une diminution du nombre des membres. En effet, la famille impériale japonaise ne cesse de s’amoindrir en raison de la loi exigeant que les femmes renoncent à leur statut en cas de mariage avec des roturiers, une loi datant de 1947. Le frère cadet de l’empereur Naruhito a également déclaré que les membres ne devraient pas endosser des responsabilités qui ne les intéressent pas, une annonce qui vise à créer un nouvel équilibre au sein de la famille impériale.

Arrêt des vols

On vous en parlait hier, le crash d’un aéronef militaire américain de type Osprey au large de l’île de Yakushima a causé au moins un mort, retrouvé non loin du site de l’accident. Suite à cet évènement tragique, le Japon a demandé aux États-Unis de suspendre le vol de ces avions jusqu’à ce que la sécurité soit garantie. Les résidents locaux expriment leur colère face à une des bases américaines située à Okinawa qui continue malgré tout d’exploiter des avions Osprey. Selon un haut responsable du ministère de la Défense, 14 décollages et atterrissages ont été enregistrés depuis l’incident, multipliant les inquiétudes de la part des citoyens.

Cas de racisme

Les rivalités font rage entre certaines entreprises japonaises, dont quelques unes qui n’hésitent pas à adopter des pratiques discriminatoires pour discréditer leurs concurrents. C’est notamment le cas de Yoshiaki Yoshida, fondateur de la grande entreprise de cosmétiques DHC, qui a annoncé que ses modèles étaient « purement japonais ». Ce n’est pas la première fois que ce chef d’entreprise tient des propos stigmatisants envers le zainichi, les Coréens vivant au Japon, les qualifiant de « pseudo-japonais », ravivant ainsi des contentieux historiques bien ancrés. Un appel au boycott à été lancé à l’encontre du géant et de son fondateur, une manière de lutter contre le racisme ambiant et appeler à l’inclusivité.

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentKishida au plus bas | Isaac Herzog | Accident d’un Osprey
Article suivantÉdito Nº61 : Qu’est-ce qui est jaune et qui attend ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.