Crash d’un Osprey américain vers Okinawa

Un Boeing-Bell V-22 Osprey américain a dû effectuer un amerrissage d’urgence ce mardi 13 décembre vers 21h30 (heure locale) proche de l’île d’Okinawa. Deux des cinq membres d’équipage ont été blessés.

Image d’illustration d’un boeing-Bell V-22 Osprey américain (© US Navy)

Le lieu de l’accident se trouve à quelques dizaines de mètres de la côte de la ville de Nago. L’appareil a depuis été retrouvé en pièces et surtout submergé par la marée haute au matin du 14 décembre. Les ailes de l’avion Osprey ont été rompues et des morceaux de métal se sont répandus autour de la zone, témoignant de la force de l’impact.

Le Ministre de la Défense a déclaré que l’Osprey avait décollé de la base aérienne du Corps des Marines des États-Unis de Futenma, à Ginowan, pour un exercice de ravitaillement aérien en mer, à l’est de l’île d’Okinawa. Mais l’avion est devenu difficile à contrôler après qu’une anomalie ait été détectée suite à la rupture d’un tuyau. L’équipage a d’abord tenté de retourner à Futenma, mais le pilote a décidé de s’orienter finalement vers le Camp Schwab, à cheval sur Nago et Ginoza, afin d’éviter un éventuel accident à Ginowan, densément peuplée. Cependant, l’appareil s’est écrasé avant qu’il n’atteigne sa destination.

Le Ministère de la Défense a rapidement qualifié l’incident d’ « atterrissage d’urgence » plutôt que d’un « crash ». « Nous pensons qu’il ne s’agit pas d’un cas où le pilote a perdu le contrôle, mais qu’il a choisi de se poser sur l’eau » a indiqué la Ministre Tomomi Inada.

L’incident a toutefois renforcé l’opinion de nombreux habitants d’Okinawa selon laquelle l’avion est sujet à de nombreux accidents, et a augmenté le ressentiment envers le gouvernement central japonais qui a forcé la préfecture d’Okinawa à accueillir la majeure partie des installations militaires américaines au Japon. « Bien que [l’accident] ait eu lieu en mer, j’ai eu vraiment peur en pensant qu’il aurait pu tomber où nous vivons », a déclaré Yuri Soma, un japonais de 39 ans, qui a participé aux manifestations contre le déménagement de la base de Futenma.

La ville de Nago a demandé au Ministère de la Défense de mener une enquête approfondie et de prendre des mesures pour prévenir tout accident similaire à l’avenir.

MÉLANIE ALVES – SOURCES : THE JAPAN TIMES, THE ASAHI SHIMBUM, THE MAINICHI.