Des experts du gouvernement japonais discutent de l’utilisation des Forces Japonaises d’Autodéfense (JSDF), notamment à l’extérieur du pays.

Le drapeau des JSDF lors d'un évènement commémoratif à Utsunomiya (© Los688)
Le drapeau des JSDF lors d’un évènement commémoratif à Utsunomiya (© Los688)

Le groupe consultatif sur la reconstruction de la base juridique pour la sécurité, dirigé par l’ancien ambassadeur aux États-Unis Shunji Yanai, s’est réuni pour la première fois depuis 7 mois ce mardi 17 septembre. La réunion avait pour but d’examiner les questions relatives au droit du Japon à la légitime défense. Les experts vont également tenter de rendre un rapport sur la question avant la fin de l’année.

En fonction de ce rapport, le Premier ministre Shinzo Abe jugera de la manière de modifier la Constitution.

Le groupe continuera l’examen de la Constitution qui interdit au Japon de prendre des mesures faisant partie intégrante des forces armées des autres pays comme s’engager sous l’égide des Nations Unies dans des opérations militaires.

L’un des objectifs principaux est d’étudier la Constitution en profondeur afin de définir ce qu’il est possible de faire ou de ne pas faire en se basant sur différents scénarios. Si nécessaire, le groupe d’experts pourra être amené à proposer des modifications de la loi, notamment concernant le maintien de la paix et les situations d’urgence.

Le but de ces réunions est de permettre aux JSDF de se déployer en zone de combat outre-mer pour secourir des ressortissants japonais, de prendre des mesures contre les cyber-attaques et de répondre aux affaires mineures d’autodéfense, comme l’occupation d’une île lointaine par des pêcheurs étrangers armés.

Pierre-Etienne De Lazzer – source : The Japan News