L’ONU projette Screamers à Tokyo

Le documentaire Screamers dont la musique d’accompagnement a été écrite par le groupe de rock « System of a Down » a été projetté la semaine dernière au Festival du cinéma des Réfugiés des Nations Unies 2008 à Tokyo sous le patronnage de l’UNHCR et « Japan for UNHCR ».

« Nous avons inclus Screamers au festival cette année parce qu’il regarde l’histoire des génocides et ce qui arrive au Darfur par les yeux de l’histoire » a déclaré le Directeur du Festival Kirill Konin.

« Le Film est un moyen important pour présenter beaucoup d’aspects des vies et des situations des réfugiés à travers le monde et ce divertissement, crée une meilleure conscience et compréhension » a déclaré Angelina Jolie, Ambassadeur de Bonne volonté de l’UNHCR.

Le directeur Carla Garapedian, qui a fait des documentaires de l’Afghanistan et la Tchétchénie, a mené des sessions de discussion au Festival UNHCR pour « Screamers » aussi bien que « la Lettre à Anna, » du meurtre de journaliste russe Anna Politkovskaya, a adressé*dirigé* par Eric Bergkraut et « le Coureur de Cerf-volant, » l’histoire s’élevante de vérité et le rachat en Afghanistan, a adressé*dirigé* par Marc Foster. Le directeur Steve Thomas devait en main discuter son film « l’Espoir » du voyage d’une famille de réfugié irakienne à l’Australie.

« Nous devons nous rappeler l’histoire » a déclaré la productrice Carla Garapedian. « Après le génocide arménien, les Etats-Unis ont ouvert leurs portes aux milliers de survivants réfugié de la Turquie Ottomane dont ma famille. S’ils ne l’avaient pas fait, je ne serais pas ici ».

La diffusion de Screamers par l’UNHCR fait suite à une discussion en avril 2007 au quartier général des Nations unies à New-York, où la délégation turque a exigé que la référence au génocide arménien soit retirée d’une exposition intitulée « les leçons du Rwanda » patronné par l’association Aegis Trust. Après un report de trois semaines et les critiques des médias et de l’ancien commandant de l’ONU Roméo Daillaire la référence au génocide arménien a été maintenu dans l’exposition mais seulement après que le mot « meurtre » ait été changé en « meurtres de masse ».

www.armenews.com