La sécurité des centrales nucléaires renforcée

Inaugurée le 19 septembre, la NRA (Agence de Sécurité Nucléaire) va revoir le plan d’évacuation des habitants en cas de catastrophe nucléaire. Le président de l’agence, Shunichi Tanaka, a déclaré que les standards de sécurité en place n’étaient pas suffisants, et fera appliquer les nouveaux à partir de juillet 2013.

La NRA a remplacé l’Agence de Sécurité Nucléaire et Industrielle, la NISA, et la Commission de Sureté Nucléaire, la NSC. Elles avaient été critiquées pour la mauvaise gestion de la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011. Des nouvelles mesures ont été proposées pour redonner de la crédibilité à la filière nucléaire japonaise, et des études ont été menées dans toutes les centrales du pays.

« Les standards de sécurité en place sont loin des niveaux internationaux » a déclaré Shunichi Tanaka, avant d’ajouter que l’accent allait être mis sur les mesures de gestion des accidents graves et la prévention des catastrophes. Il souhaite adapter les nouveaux standards aux caractéristiques géologiques du pays.

La nouvelle loi oblige les municipalités dans un rayon de moins de 30 km autour d’une centrale de se doter d’un plan d’évacuation, alors que l’ancienne loi obligeait seulement les villes dans un rayon de moins de 10 km à le faire. Mais le plan d’action de la nouvelle instance ne s’arrête pas là : des nouvelles normes obligeront les compagnies d’électricité à rendre leurs centrales plus sécurisées en cas de tsunamis, séismes, attaques terroristes et accidents d’avions. Une réduction à zéro de  la production d’électricité d’origine nucléaire d’ici à 2040 avait été également évoquée.

Ces nouvelles règles de sécurité nucléaire sont les conditions pour redémarrer les 48 réacteurs toujours arrêtés, mais le gouvernement veut d’abord gagner l’accord des populations locales, objectif qui s’avère difficile. La nouvelle autorité a alors mis en avant sa volonté d’indépendance, et celle de devenir l’instance avec les standards les plus élevés au monde.

Sofia Ababou – sources : Le Monde