TOKYO, 27 septembre (XINHUA) — Le nouveau ministre japonais de l’Education, Kisaburo Tokai, pourrait avoir reçu des fonds politiques controversés d’une compagnie de construction, devenant le premier responsable impliqué dans un scandale financier au sein du nouveau cabinet formé par le Premier ministre Yasuo Fukuda, rapporte jeudi l’agence Kyoto News.

M. Fukuda a rencontré jeudi matin M. Tokai dans sa résidence officielle pour lui demander de s’expliquer honnêtement devant le public.

Les archives des fonds politiques de M. Tokai ont montré que l’équipe électorale qu’il a dirigée dans la préfecture de Hyogo a reçu au total deux millions de yens (environ 17.000 dollars) d’une société locale de construction dans le cadre de la donation politique de 2003 à 2005, et que la compagnie a ensuite obtenu des travaux publics financés par l’Etat.

Le ministre de l’Education, entré pour la première fois dans le cabinet, a démenti que ses actes ont violé les règles des fonds politiques, mais proclamé qu’il avait déjà rendu tout l’argent controversé.

Pour rétablir la confiance du public à l’égard du gouvernement, M. Fukuda s’est engagé à traiter de façon appropriée la question des fonds politiques, qui avait déjà provoqué la démission de plusieurs ministres du cabinet de l’ancien Premier ministre Shinzo Abe.

Pour assurer un cabinet « propre », M. Fukuda a maintenu à leurs postes la plupart des ministres qui ont résisté aux scandales financiers. M. Tokai est le seul nouveau nommé dans le cabinet de 18 membres.

PARTAGER