A travers la rencontre entre le Premier Ministre, Shinzô Abe, et le Président de la République, François Hollande, le 20 mars à Paris, la France et le Japon réaffirment leur coopération dans les domaines du nucléaire et de la sécurité.

Rencontre en Shinzô Abe et François Hollande à Paris le 5 mai 2014. (© Prime Minister of Japan and His Cabinet)

La France et le Japon souhaitent un « ordre maritime libre et ouvert » dans la région Asie-Pacifique, a déclaré le Premier Ministre japonais Shinzo Abe, après son entretien avec le Président François Hollande. A cet effet, les Forces Japonaises d’Autodéfense Maritimes mèneront conjointement des exercices navals avec la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne. Cet décision semble répondre à l’avancée inquiétante de la Corée du Nord, mais également à la Chine qui revendique une grande partie de la Mer de Chine méridionale et y a renforcé sa présence militaire. « François et moi avons convenu de l’importance d’assurer un ordre maritime libre et ouvert dans la région indo-pacifique (et) de continuer à soutenir la stabilité et la prospérité de cette région », continue M. Abe.

Lors de leur entretien, les deux hommes se sont également entendus sur le développement conjoint d’un réacteur rapide français appelé ASTRID (Réacteur Technologique Avancé de Sodium pour la Démonstration Industrielle, en français), qui devraient être lancés d’ici 2030. A cette même occasion, le Ministre de l’Industrie japonais, Hiroshige Seko, qui accompagne M. Abe, et la Ministre de l’Environnement française, Ségolène Royal, ont signé un accord de coopération nucléaire.

Mélanie Alves – sources : The Mainichi, The Japan Times, The Asahi Shimbun.