Un membre du gouvernement japonais, Natsuo Yamaguchi, est arrivé à Beijing ce mardi avec une lettre destinée au chef du parti communiste chinois, Xi Jinping, de la part du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, afin d’essayer d’apaiser le conflit autour des îles Senkaku, ou Diaoyu en chinois.

Yamaguchi Natsuo
Natsuo Yamaguchi le 2 janvier 2013 (© STB-1)

Natsuo Yamaguchi, chef du parti le Nouveau Kômeitô considéré comme moins belliciste que le Parti Libéral Démocrate (PLD) au pouvoir, a déclaré ce mardi à l’aéroport de Narita avant son départ pour la Chine que « dans le litige autour des îles Senkaku, il est indispensable de poursuivre le dialogue afin d’apaiser les tensions et d’éviter tout imprévu », nous rapporte le Asahi.

« J’aimerai discuter d’avantage sur l’amélioration générale de la relation sino-japonais que sur le droit de souveraineté [des îles Senkaku] » a-t-il poursuivi. La querelle, qui débuta en septembre avec la nationalisation des îles par le Japon, avait atteint un niveau dangereux il y a deux semaines lorsque les gouvernements japonais et chinois avaient envoyé des avions de chasse au-dessus de la Mer de Chine orientale.

Dans un discours à Hong Kong mercredi, un ancien diplomate chinois et Vice-président à l’Institut chinois des études internationales, Ruan Zongze, a exprimé son désir de voir le conflit se résoudre par une issue pacifique. Il a poursuivi en déclarant que « même si les militaires sont pour une attitude plus agressive, le parti communiste chinois freinera », nous rapporte le quotidien The New York Times.

Outre des tensions diplomatiques, ce conflit a engendré d’importantes répercussions dans les échanges commerciaux entre ces deux pays. Les trois plus importants constructeurs japonais d’automobiles ont déploré un recul de leurs ventes en Chine en 2012.

Quentin Guyomard – sources: Asahi shinbun, Yomiuri shinbun, Nihon Keizai shinbun, The New York Times, China Daily
PARTAGER