La Chine a menacé d’exercer de « fermes mesures de rétorsion » à l’encontre du Japon, furieuse de la détention prolongée du capitaine d’un chalutier chinois, un durcissement de ton que Tokyo jugeait « regrettable » lundi.

« Si le Japon agit obstinément, faisant erreur sur erreur, la Chine prendra de fermes mesures de rétorsion et le Japon devra en supporter toutes les conséquences », a déclaré dimanche Ma Zhaoxu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

C’est la première fois, en près de deux semaines de protestations solennelles quasi quotidiennes, que Pékin évoque aussi clairement le recours possible à des mesures de rétorsion importantes contre son voisin alors que la crise diplomatique s’envenime de jour en jour.

Tokyo a estimé lundi « regrettable » ce durcissement de ton de la Chine durant le week-end, et a appelé la grande puissance rivale à agir calmement pour ne pas attiser les tensions.

« Nous appelons la Chine au calme et à agir prudemment afin que cet incident particulier n’affecte pas les relations entre le Japon et la Chine », a déclaré à l’AFP Noriyuki Shikata, porte-parole du Premier ministre Naoto Kan.

Selon lui, les autorités chinoises ont décidé de reporter l’accueil prévu mardi de 1.000 jeunes Japonais à l’Exposition universelle de Shanghai (est) en évoquant « l’atmosphère » actuelle des relations bilatérales.

« Nous estimons que ce report juste avant le départ est extrêmement inapproprié et regrettable », a ajouté M. Shikata.

La pire crise diplomatique opposant Tokyo et Pékin depuis des années a été provoquée par l’arraisonnement le 7 septembre d’un bateau de pêche chinois, entré en collision avec deux patrouilleurs nippons.

Les faits se sont produits près d’un groupe d’îlots appelés Senkaku en japonais et Diaoyu en chinois, dans une zone de la mer de Chine orientale revendiquée par les deux pays, ainsi que Taïwan.

Un tribunal japonais a décidé dimanche de prolonger de dix jours la mise sous écrou du capitaine. La Chine a de son côté convoqué une sixième fois l’ambassadeur du Japon pour exiger la libération immédiate du capitaine, en réaffirmant que cette détention était « illégale ».

Samedi, jour anniversaire du début de l’invasion de la Mandchourie par le Japon en 1931, des petits rassemblements nationalistes se sont déroulés à Pékin, Shanghai, Hong Kong et Shenyang (nord-est).

Les manifestants très encadrés par la police ont aussi exigé le retour sans conditions du patron du chalutier.

La fermeté affichée par Pékin trouvait un écho dans les éditoriaux de la presse d’Etat.

« La Chine peut et doit stopper l’agression du Japon avant que la situation ne s’aggrave », a estimé lundi dans son éditorial le journal officiel Global Times.

« La Chine devrait préparer une série de sanctions diplomatiques supplémentaires à l’encontre du Japon », a ajouté le quotidien.
Tout en reconnaissant l’existence d’une « escalade » dans la crise, des experts se gardaient toutefois d’être alarmistes.

« Je crois que la situation s’est dégradée de façon contrôlée et qu’elle restera sous contrôle », estime ainsi Cheng Xiaohe, professeur de relations internationales à l’université du Peuple de Pékin.

« La situation reste contrôlable et n’a pas viré en une vaste crise politique entre les deux pays », analyse également Gui Yongtao, de l’université de Pékin.

Source:[ AFP->

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentManifestation antijaponaise à Pékin
Article suivantParis Hilton interpellée à l’aéroport de Tokyo