Le 6 août 1945, la première bombe atomique de l’histoire effaçait la ville d’Hiroshima de la carte. Aujourd’hui encore, neuf pays dans le monde posséderaient environ 15 000 ogives. Depuis, chaque année, une cérémonie en l’honneur des victimes, les « hibakusha », se tient devant le mémorial érigé dans le centre-ville.

Discours du Premier ministre Shinzô Abe lors de la commémoration des 70 ans d'Hiroshima. (©Cabinet du Premier ministre)
Discours du Premier ministre Shinzô Abe lors de la commémoration des 70 ans d’Hiroshima. ©Cabinet du Premier ministre

Ce moment solennel est également l’occasion depuis 1994 pour le Premier ministre du Japon de rappeler la politique du pays en faveur du désarmement nucléaire global ; politique incarnée par la Flamme de la Paix qui brûle depuis 1964. Alors que les débats concernant la réforme de la politique de défense permettant aux forces d’autodéfense japonaises d’exercer leur droit à la légitime défense collective et d’opérer avec moins de restrictions à l’extérieur du territoire national continuent d’enflammer la scène politique, le Premier ministre Shinzô Abe a de nouveau provoqué la controverse en choisissant dans son discours de ne pas faire mention des trois grands principes qui guident le Japon en matière d’armement nucléaire (非核三原則 Hikaku San Gensoku).Définis en 1967 par le Premier ministre Eisaku Sato et repris dans une résolution de la Diète, ces principes rappellent que le Japon ne possèdera jamais d’armes nucléaires, n’en fabriquera jamais et ne permettra jamais l’introduction de telles armes sur son territoire. Pour son engagement envers le désarmement nucléaire global, Eisaku Sato recevra le Prix Nobel de la Paix en 1974.

Politique officielle du pays depuis et rappelée par tous les dirigeants du pays, y compris par Abe lors de son premier mandat en tant que Premier ministre en 2007, la non-inclusion de ces principes par le Premier ministre cette année a provoqué la controverse parmi la classe politique et notamment au Parti démocrate du Japon. Au cours d’une conférence de presse, le Secrétaire général du gouvernement Yoshihide Suga a cependant tenu à rappeler qu’il n’était aucunement question de revenir sur les trois principes. Le discours a également provoqué l’inquiétude parmi les représentants des victimes des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki.
Nul doute que cette nouvelle controverse ne permettra pas d’apaiser les débats au sein du Parlement actuellement occupé à voter la réforme de la politique de défense après un premier passage devant la Chambre des Représentants. Le 5 en effet, répondant à la question d’un parlementaire, le ministre de la défense Gen Nagatani a affirmé que «légalement» rien n’empêchait le transport d’armes nucléaires au Japon dans les nouveaux textes de lois.

Guillaume Autere – Source : Japan Times

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédent70 ans après les bombes atomiques, le Japon s’inquiète
Article suivantLe Japon redémarre avec l’énergie nucléaire

1 COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.