Passé du Mans à Saint-Etienne au début de l’été, le Japonais est un atout sportif supplémentaire pour les Verts. Mais son potentiel commercial est également prometteur. France Football a mené l’enquête.

L’arrivée en mai dernier chez les Verts de Daisuke Matsui a fait grand bruit… au Japon. « Dans tous les journaux des télévisions nationales, des images ont été retransmises, il y a même eu des flashs spéciaux », raconte Daniel Mathieu, directeur marketing et commercial de Konica-Minolta France, évidemment satisfait du coup de pub, pour l’un des sponsors de l’AS Saint-Etienne. Mais ce fut également un quart d’heure de gloire pour le club forézien, dont le l’histoire et le prestige n’avaient que partiellement atteint ces contrées.
Et ce n’est peut-être pas fini. Le MUC 72, l’ancien club du Japonais, en sait quelque chose. Grâce à Matsui, Le Mans est la formation française la plus connue au Japon et a gagné un sponsor nippon qui continue l’aventure. A Saint-Etienne, on sait tout ça. Un opérateur parisien propose déjà à des touristes japonais des excursions à Geoffroy-Guichard. Ce n’est qu’un début. Une émission de télévision de la chaîne publique japonaise (NHK), centrée sur Daisuke Matsui, est aussi envisagée, comme quelques autres projets.

francefootball.fr

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentPeinture: Tatiana Fujimaki « Je peins sans limites »
Article suivantFootball: Grenoble à l’heure japonaise