L’ambassadeur de Tunisie à Tokyo, Noureddine Hached, fils du leader du mouvement national d’indépendance tunisien assassiné en 1952, a déclaré aujourd’hui qu’il avait démissionné de son poste par solidarité avec la révolution en cours dans son pays. Interrogé par l’AFP, M. Hached a indiqué qu’il avait pris cette décision le 20 janvier et qu’il regagnerait la Tunisie le 15 février après avoir achevé la procédure prévue par le protocole diplomatique. « Le devoir m’appelle. Je prends cette décision par solidarité avec le peuple tunisien et ses martyrs », a-t-il dit dans une lettre adressée à sa hiérarchie.

M. Hached, 66 ans, est le fils aîné de Farhat Hached, qui avait fondé le 20 janvier 1946 la centrale syndicale tunisienne UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens) et animait la résistance à l’occupation française en Tunisie jusqu’à son assassinat en décembre 1952. Questionné sur ses projets une fois de retour à Tunis, M. Hached a répondu qu’il était « tout à fait prématuré d’en parler pour le moment ». « L’important, c’est comment faire en sorte que cette révolution réussisse et continue à se dérouler dans la paix, comme un modèle et une référence, comme une révolution des jeunes Tunisiens pour construire la Tunisie du 21e siècle », a-t-il dit. « C’est un devoir pour tout Tunisien d’apporter sa contribution aujourd’hui. »

A propos de la plainte déposée en mars 2010 pour apologie de crime de guerre contre un ancien membre de La Main Rouge, une organisation secrète française, qui a légitimé l’assassinat de son père, M. Hached a déclaré qu’après un rejet en première instance, l’affaire avait été portée devant la cour d’appel la semaine dernière. « La cour d’appel va rendre son avis le 3 février. Nous sommes conscients qu’elle va la rejeter et ce sera une gaffe », a-t-il confié. « Cette affaire sera à l’ordre du jour de la révolution tunisienne et de tout gouvernement tunisien à l’avenir. On demandera des comptes à la France. Cela ne s’arrêtera pas. Il faut que le gouvernement français en prenne conscience. »

L’ambassadeur démissionnaire a indiqué qu’il avait adressé à ce sujet une lettre le 25 février 2010 au président français Nicolas Sarkozy.

[
© 2011-AFP -LeFigaro.fr->http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/01/26/97001-20110126FILWWW00460-japonambassadeur-tunisien-demissionne.php]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLe Shinkansen à Kyûshû
Article suivantMission réussie pour le cerf-volant solaire spatial « Ikaros »