Japon infos offre un nouveau journal papier sur le thème des médecines douces au Japon. Avec un dossier de 3 articles de ses journalistes et d’une infographie sur le Zen. À découvrir également un portrait de Maryse Michel, consultante France Japon. Enfin en double page photo découvrez l’univers des eaux thérapeutiques de Kusatsu.

Les mÉdecines dites douces peuvent parfois Être vues, en Occident, comme des supercheries, mais elles ont une vÉritable culture au Japon.

, Journal Nº43 : Douces médecines

Sommaire : Douces médecines

L’histoire de la médecine traditionnelle japonaise

Jessy Perié  – Journaliste

Avez-vous déjà  entendu parler du kampô, la médecine traditionnelle japonaise ? Utilisée depuis des siècles sur l’Archipel, plongeons-nous un peu dans son histoire, son évolution moderne, et sa légitimité  scientifique.

, Journal Nº43 : Douces médecines
Kyôto, juillet 2019 : façade du Sakamoto Kanpodô, une boutique de pharmacie spécialisée dans le kampô.

Shiatsu et anma

Phébé Leroyer – Journaliste

Si les bienfaits du shiatsu sont encore décriés en Europe, au Japon, ce traitement est utilisé pour guérir maux de dos et grosse fatigue depuis plus d’un siècle déjà. Bien plus qu’un simple massage, il fait partie inhérente de la culture paramédicale japonaise, et se présente comme le digne héritier de plusieurs pratiques holistiques, dont l’anma, le massage traditionnel nippon.

Le reiki : une discipline malmenée par l’histoire

Perçu par certains comme un traitement traditionnel, par d’autres comme un phénomène « New Age » la mode, le reiki est probablement l’une des disciplines japonaises les plus controversées en Occident. Pourtant, la méthode de développement personnel et spirituel mise au point par Mikao Usui est encore utilisée de nos jours sur l’Archipel pour soulager les maux du corps et de l’esprit. Un petit miracle, pour cette pratique qui a bien failli ne jamais survivre aux affres de l’histoire.


Double page photo : Les eaux thérapeutiques de Kusatsu.

, Journal Nº43 : Douces médecines
Dans les montagnes du département de Gunma, la station thermale de Kusatsu Onsen est l’une des destinations anciennes du thermalisme japonais, déjà réputée pour ses bienfaits parmi les guerriers des débuts de l’époque Edo (1603-1868).
Aurélie Roperch et Julien Giry, Journalistes et Photographes, www.nippon100.com 
, Journal Nº43 : Douces médecines
Décembre 20 À g. Pr sentation du saké Ôzeki lors du défilé « super heroes » de la maison haute couture On Aura Tout Vu. À d. photo extraite du défilé le 24 janvier 2022. (Photo DR)

L’excellence au rendez-vous entre saké et haute couture

Emiko Sansalvadore Journaliste

La brasserie Ôzeki fondée par Ôzakaya Chôbei en 1711 se situe dans la ville de Nishinomiya dans le département de Hyôgo. Cette région du centre-ouest du Japon, appelée Nada Gogô, est labellisée par le Ministère de l’agriculture, des forêts et de la pêche, comme une zone à protéger sous la loi des « Indications Géographiques » .

, Journal Nº43 : Douces médecines
Kyôto, jardin de mousse du temple Gyô-ji
(Photo i6k/shutterstock.com)

Voyager dans le vert

Pierre-Étienne De Lazzer – Rédacteur en chef

L’Office National du Tourisme Japonais, plus connu sous sigle anglophone de JNTO, a décidé de mettre en avant le tourisme durable. Le Japon, qui est bien sûr conscient des effets économiques, sociaux et environnementaux du tourisme, essaie de proposer une nouvelle approche aux voyageurs, permettant d’enrichir leur expérience, en se rapprochant du milieu, de ses habitants, pour mieux les respecter et les comprendre.

, Journal Nº43 : Douces médecines
Jakuchô Setouchi à Kyôto en 2012.    (Photo PA International)

Décès de l’écrivaine féministe Jakuchô Setouchi

Émilie Guyonnet – Journaliste

L’écrivain japonaise est décédée en novembre dernier   l’âge de 99 ans, au terme d’un parcours hors norme. Marquée par les suicides de Mishima et de Kawabata dont elle était l’amie, elle était devenue nonne bouddhiste en 1973, à l’âge de 51 ans.

Kanji :  鱇 La lotte ou baudroie

Yves Maniette – Auteur du livre « Des kanjis dans la tête »

La baudroie commune, dénommée Lophius piscatorius par Linné, est connue sous divers noms dont notamment « lotte »  sur l’étal du poissonnier, ce qui n’en qualifie que la queue car on lui coupe habituellement la tête qui, nantie d’une gueule béante ornée d’une double rangée de dents acérées, est vraiment effrayante. 

Portrait : Un lien féminin avec l’Orient

, Journal Nº43 : Douces médecines
Portait de Maryse Michel (Photo (Photo Yves Cuisenier)

P.-E.D.L.

Maryse Michel a une vie professionnelle bien remplie à 62 ans, et ne compte pas s’arrêter là. Elle vient de créer un site internet à destination des Japonais amoureux de la France.

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentNouveau médicament | Exercices russes | Record de neige
Article suivantVisite américaine | Résolution sur l’Ukraine | Garde parentale

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.