Le ministre japonais des Affaires étrangères a annoncé mardi qu’il avait demandé à son ambassadeur à Moscou de rentrer au Japon, après la visite controversée du président russe Dmitri Medvedev sur une île des Kouriles revendiquée par Tokyo.

« J’ai décidé de rappeler temporairement l’ambassadeur en Russie, Masaharu Kono », a déclaré aux journalistes le ministre, Seiji Maehara.

Il a ajouté qu’il voulait le consulter à propos de la visite lundi du président russe sur l’une des quatre îles des Kouriles du Sud — appelées Territoires du Nord au Japon — administrées par Moscou mais revendiquées par Tokyo.

Ce déplacement, qui a suscité la colère du gouvernement japonais, était le premier d’un chef d’Etat russe depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale dans ce groupe d’îles, situées entre la presqu’île russe du Kamtchatka au nord et la grande île japonaise de Hokkaïdo au sud.

Le Premier ministre Naoto Kan a qualifié lundi la visite de « très regrettable » et M. Maehara a convoqué l’ambassadeur de Russie pour protester contre cette initiative qui « heurte les sentiments de la population japonaise ».
La réponse de Moscou a été immédiate.

« La réaction de la partie japonaise sur le voyage du président Medvedev aux Kouriles est inacceptable. C’est notre terre, et le président russe s’est rendu sur une terre russe », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexeï Borodavkine a convoqué l’ambassadeur du Japon pour lui signifier que les « tentatives » de Tokyo d’influencer les déplacements de M. Medvedev « étaient inacceptables et incompatibles avec les relations de bon voisinage russo-japonaises ».

Malgré ces accès de tension, le gouvernement japonais espère toujours qu’une rencontre entre le Premier ministre Kan et le président Medvedev pourra être organisée à la mi-novembre au Japon.

« Je pense que la rencontre bilatérale aura lieu » à l’occasion du sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique à Yokohama, près de Tokyo, a déclaré mardi le porte-parole du gouvernement Yoshito Sengoku lors d’un point de presse.

Moscou et Tokyo se disputent quatre îles de l’archipel des Kouriles: Habomai, Shikotan, Etorofu et Kunashiri, annexées par les Soviétiques le 18 août 1945, trois jours après l’annonce de la capitulation du Japon.

Etorofu est appelée Iturup et Kunashiri, Kunashir, par la Russie.
Ce différend empêche depuis 65 ans la signature d’un traité de paix entre les deux pays.

source: [AFP->

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentAccord mondial sans précédent pour protéger la biodiversité de la planète
Article suivantUn défenseur des dauphins boycotte une rencontre au port de Taiji