Tokyo (awp/afp) – La confiance des grandes entreprises manufacturières au Japon a légèrement augmenté en mars, a annoncé vendredi la Banque du Japon (BoJ), mais cette enquête est peu significative à cause du séisme du 11 mars et la BoJ va publier lundi un nouveau rapport pour en détailler l’impact.

Selon l’indice trimestriel Tankan, le moral de ces grandes firmes industrielles a grappillé 1 point entre décembre et mars pour s’établir à +6 points.

Cet indicateur mesure la différence entre le pourcentage de sociétés qui jugent la situation favorable et celles qui l’estiment défavorable. Ainsi, une petite majorité de ces sociétés jugeait la situation de manière favorable au moment où l’enquête a été réalisée, entre le 24 février et le 31 mars.

Pour autant, cette étude n’est pas vraiment significative dans la mesure où 70% des entreprises répondent d’habitude aux questions de la BoJ dans le délai « conseillé » par l’institut d’émission, une échéance qui tombait cette fois ci le 11 mars, soit le jour même du séisme et du tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon et bouleversé l’activité des entreprises.

Cela signifie qu’environ 70% des sociétés ont dû donner leur avis avant la catastrophe et quelque 30% après, rendant difficile toute interprétation des chiffres publiés vendredi.

Afin de livrer des données plus lisibles, la BoJ a précisé qu’elle livrerait deux rapports séparés, lundi, pour les entreprises ayant répondu avant le séisme d’une part et pour celle ayant donné leur avis après le séisme d’autre part.

Jusqu’à la catastrophe, les grandes entreprises manufacturières semblaient envisager l’avenir avec une certaine confiance, la croissance repartant dans les pays occidentaux et se maintenant à de hauts niveaux dans les pays émergents, signe que les commandes allaient augmenter pour les industries exportatrices nippones.

Les grandes sociétés exportatrices continuaient toutefois de souffrir du niveau élevé du yen.

Mais la situation économique au Japon a radicalement changé depuis le séisme.

Les dégâts sont énormes dans les zones les plus touchées où maisons, commerces et infrastructures n’ont pas résisté à la vague géante.

La catastrophe a en outre désorganisé de nombreuses entreprises, les fournisseurs peinant à approvisionner leurs clients, ce qui ralentit voir interrompt la production de secteurs stratégiques comme la construction d’automobiles ou la fabrication d’électronique.

Les compagnies d’électricité ont été particulièrement touchées: Tokyo Electric Power (Tepco), qui dessert la région de la capitale, a vu sa capacité de production réduite de moitié, notamment à cause des dommages subis par ses centrales nucléaires et thermiques.

Ces difficultés à produire de l’énergie entraînent des coupures d’électricité dans cette région stratégique pour l’économie nippone, y entravant davantage l’activité des entreprises.

[tt
(AWP/01 avril 2011 06h22) – Article original sur romandie.com->http://www.romandie.com/infos/news2/201104010622176AWP.asp]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentVos images pour le Japon
Article suivantL’uniforme de crise remisé