Tôkyô demande l’aide des États-Unis afin de sécuriser son système informatique. Cela inclut la possibilité d’engager une cyber-attaque contre les serveurs d’un pays étranger. 

Un clavier optique - Photo : Mik81
Un clavier optique – Photo : Mik81

Selon une source gouvernementale, des discussions ont lieu pour décider si le Japon doit pouvoir répondre offensivement aux cyber-attaques. L’un des principes constitutionnels du Japon ne lui autorise à répondre aux attaques extérieures que par des moyens pacifiques. Or, s’introduire ou s’attaquer à un réseau informatique étranger contredirait cette norme et représenterait une agression.

Comme les cyber-attaques sont de plus en plus sophistiquées, Tôkyô sollicite l’aide de Washington qui a une technologie de pointe en la matière. Le gouvernement prévoit de former une faction spécialisée dans la cyber-défense au sein de l’armée d’autodéfense japonaise d’ici mars, et étudie le moyen d’y parvenir légalement. Le ministère de la Défense, en collaboration avec d’autres agences gouvernementales, étudient déjà les moyens concrets pour contrer les intrusions informatiques. Un moyen envisagé serait une attaque par « déni de service » qui consiste à inonder un réseau jusqu’à le rendre inutilisable.

Après le rachat des  îles Senkaku en septembre 2012, les sites de plusieurs ministères avaient été piratés. La plupart de ces intrusions informatiques provenaient de Chine.

Daï Kaho

close

Tous les jours gratuitement votre concentré de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. Synthétisé grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.