Fin 2008, le PIB du pays s’est effondré de 13 % en rythme annuel. Le pays n’avait pas connu une situation aussi catastrophique depuis 1974.

Les Japonais, à qui l’on apprend dès le plus jeune âge à ne surtout pas exprimer leurs émotions, s’autorisent désormais tous les superlatifs. Leur pays a connu un recul de 0,7 % du PIB l’année dernière. Ce chiffre, apparemment mauvais sans être dramatique, cache un incroyable plongeon au dernier trimestre. Le produit intérieur brut des trois derniers mois de 2008 a reculé de 3,3 % par rapport aux trois mois précédents, et de 12,7 % par rapport à la même période en 2007. C’est «la pire crise depuis la fin de la guerre», affirme Kaoru Yosano, ministre de la Politique économique et budgétaire. L’économie nippone est à ses yeux «littéralement ravagée».

Le langage est inhabituel. Mais il est vrai qu’il faut remonter au grand choc pétrolier et au premier trimestre de 1974 pour trouver un recul aussi brutal (- 11,6 %). Effondrement des exportations de 45 % en un an – essentiellement en raison du coup de frein des achats américains de voitures et d’appareils électroniques -, chute de l’investissement privé des entreprises de 19,5 %, production industrielle en repli de 20,8 % entre décembre 2008 et décembre 2009, tous les chiffres démontrent que l’Archipel est au plus bas.

Peter Tasker, un économiste chez Dresdner Kleinwort, auteur d’un rapport sur le Japon, n’hésite pas à comparer ce dernier, avec beaucoup d’humour, à la « fourmi des Temps modernes», et les États-Unis à la cigale de la fable. Il rappelle la longue période d’austérité des années 1990 et les difficiles restructurations du pays pour expliquer : « La fourmi a refusé de tirer les bénéfices de son dur labeur. À la place elle s’est spécialisée dans la fabrication d’aliments pour cigales. Non seulement elle les livrait à son irresponsable amie, mais en plus elle lui prêtait l’argent pour les acheter (…) Maintenant que l’hiver est arrivé et que la cigale a arrêté de chanter, la fourmi ne sait que faire de cette nourriture indigeste pour elle.»

Dans ce pays où l’emploi a longtemps été sacré, les licenciements se comptent aujourd’hui par dizaines de milliers. Les ménages, dont la consommation est en baisse de 1,7 % sur un an, ont peur pour leur avenir.

Un troisième plan de relance en préparation

Le gouvernement a alloué aux familles japonaises une aide directe globale de 16,9 milliards d’euros, soit 542 euros pour un couple avec deux enfants. Mais quand le Japan Times leur demande sur son site Internet ce qu’elles vont en faire, Miyuki, une mère de 30 ans, répond qu’elle la «mettra de côté pour plus tard». Et d’ajouter : «Au train où va l’économie, il n’y a aucune garantie que l’État pourra me verser une pension quand je partirai à la retraite.»

Faute de mieux, l’équipe du premier ministre Taro Aso aligne les plans de relance. Elle en a lancé deux depuis octobre 2008, totalisant 50 000 milliards de yens (426 milliards d’euros). Elle va «très prochainement» en dévoiler un troisième, de l’ordre de 170 à 250 milliards d’euros. Elle ne peut plus jouer sur le loyer de l’argent, la Banque du Japon, avec un taux directeur de 0,1 %, n’ayant pratiquement plus aucune marge de manœuvre. Elle va donc se tourner massivement vers les travaux publics, les aéroports, les ports, les autoroutes.

Mais le Japon ne nourrit pas d’illusions. «Il sera incapable de s’en sortir seul. Notre économie redémarrera en même temps que celle des autres pays», prédit Kaoru Yosano. D’ici là, rien ne dit que l’actuel premier ministre, dont la cote de popularité est en chute libre, sera encore au pouvoir.

[Arnaud Rodier
Le FIgaro.fr->http://www.lefigaro.fr/economie/2009/02/17/04001-20090217ARTFIG00295-le-japon-plonge-35-ans-en-arriere-.php]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentHillary Clinton soutient le Japon face à la Corée du Nord
Article suivantSoupçonné d’ivresse, Shoichi Nakagawa démissionne