Le Japon s’est doté aujourd’ui d’un nouveau ministre de la Justice opposé à la peine de mort, redonnant espoir aux activistes qui militent pour son abolition.

À part les Etats-Unis, le Japon est la seule autre démocratie industrialisée qui applique la peine capitale, généralement pour des auteurs de multiples meurtres, et 111 condamnés attendent actuellement d’être exécutés, selon les statistiques officielles.

Satsuki Eda, 69 ans, un légiste diplômé de la prestigieuse université de Tokyo et de l’université britannique d’Oxford, a été nommé aujourd’hui dans le nouveau gouvernement du premier ministre Naoto Kan. Il est l’un des membres fondateurs d’un groupe de parlementaires japonais qui soutiennent les activités de l’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International.

{{« Un Etat ne doit pas commettre de meurtre »}}

Le nouveau ministre est « personnellement opposé » à la peine capitale, a confirmé un responsable joint à son bureau, ajoutant que Satsuki Eda allait « réfléchir avec soin » à ce qu’il allait faire. Un texte – écrit par son secrétaire lorsqu’il était au Sénat en 2000 et toujours affiché sur son site officiel – affirme que « le parlementaire Eda est un avocat de l’abolition de le peine de mort ». Il est opposé aux exécutions principalement parce qu’il est convaincu qu' »un Etat ne doit pas commettre de meurtre », qu’il y a un risque d’erreur, mais aussi parce qu’elles constituent un fardeau mental pour les bourreaux et qu’elles vont à l’encontre de la tendance internationale en faveur de l’abolition, a écrit cet assistant.

La branche japonaise d’Amnesty International entretient des liens étroits avec Satsuki Eda, a déclaré Osamu Amano, l’un des militants contre la peine capitale. « Nous espérons qu’il va travailler à l’abolition de la peine de mort (…) Nous savons qu’il s’intéresse réellement aux droits de l’homme et a oeuvré avec passion à leur promotion », a dit Osamu Amano. Le nombre d’exécutions au Japon a baissé de façon importante depuis l’arrivée au pouvoir du Parti Démocrate du Japon (PDJ, centre-gauche) en septembre 2009. Les deux seules pendaisons remontent à juillet 2010.

[© 2011- AFP – LeFigaro.fr->http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/01/14/97001-20110114FILWWW00357-japon-ministre-contre-la-peine-de-mort.php]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentRecul (-3,0% sur un mois) des commandes de biens d’équipement en novembre
Article suivantLes jeunes Japonais se désintéressent de plus en plus du sexe