Imbattables. Les Jamaïcains n’ont laissé aucune place au suspense en finale du 4 x 100 m en battant le record du monde de la distance en 37 s 10. Ils devancent les Trinidadiens, qui prennent la médaille d’argent en 38 s 06 et les Japonais, qui obtiennent le bronze en 38 s 15.

C’est la première fois dans l’histoire des Jeux olympiques que la Jamaïque s’impose sur le relais 4 x 100 m, après avoir obtenu une médaille d’argent lors des Jeux de Los Angeles en 1984. Mais il s’agit surtout de la troisième médaille d’or d’Usain Bolt lors de ces JO. Et à l’image de Michael Phelps qui a fait tomber les records lors de la première semaine, le grand Jamaïcain (1 m 96) a battu le record du monde dans chacune de ses courses : 9 s 69 au 100 m, 19 s 30 au 200 m et 37 s 10 au 4 x 100 m.

Lancés par Nesta Carter et Michael Frater, les Jamaïcains ont pris les devants dès le début du tour de piste, avant même de lancer les deux fusées Usain Bolt et Asafa Powell. Ce dernier, après sa finale ratée du 100 m, pouvait se consoler avec l’or glané en équipe, tandis qu’Usain Bolt soulignait la bonne entente avec ses partenaires : « Je veux partager ça avec mon équipe. C’est grâce à eux que je bats le record du monde aujourd’hui. Quand on bat le record du monde à quatre, on est quatre fois plus heureux. »

lemonde.fr

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentUn séisme modéré secoue la région de Kanto au Japon
Article suivantNAGISA OSHIMA, l’enfant terrible du cinéma japonais