Le constructeur d’automobiles japonais Toyota a annoncé lundi le lancement prochain d’un réseau social pour favoriser l’échange d’informations entre ses voitures, leurs conducteurs et ses propres services.

Toyota s’est allié à une entreprise américaine d’informatique mutualisée en nuage (« cloud computing »), Salesforce.com, avec laquelle il va préparer l’ouverture de ce service en 2012, au Japon dans un premier temps.

Ce réseau, baptisé « Toyota Friend », devrait équiper d’abord les voitures électriques et hybrides (à motorisation combinée à essence et électricité) rechargeables sur secteur.

« Les services de réseaux sociaux transforment les modes de communication et les liens entre les hommes. L’automobile doit évoluer en ce sens », a expliqué le PDG du constructeur, Akio Toyoda.

Concrètement, ce système pourra permettre au propriétaire d’une voiture d’être prévenu qu’il doit procéder à un contrôle technique lorsque son véhicule aura dépassé le nombre de kilomètres prévu par la réglementation.

Dans ce cas, la voiture émettra un message automatique, par exemple sous forme d’un « tweet », que le conducteur recevra sur son téléphone mobile ou sa tablette numérique, selon une présentation faite par le constructeur lors d’une conférence de presse.

Le concessionnaire pourra procéder à un premier contrôle de base à distance, via ce système informatique, puis donner rendez-vous au conducteur par le même biais pour un examen plus poussé.

Autre application possible, la voiture rangée au garage sera capable d’envoyer un message à son propriétaire pour lui signaler que sa batterie électrique est faible, lui précisant l’horaire idéal de branchement pour la recharger au moment où la consommation d’électricité générale est la plus faible.

« Récemment, nous avons connu des coupures de courant dans la région de Tokyo », a souligné M. Toyoda, évoquant les lendemains des catastrophes du 11 mars qui ont endommagé ou stoppé des centrales nucléaires et thermiques, réduisant la production d’électricité au sein du poumon économique du Japon.

« Afin de faire face à une capacité de production d’électricité limitée, il est important d’utiliser l’électricité de la façon la plus efficace et de réduire la demande au moment des pics de consommation », a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que les véhicules hybrides rechargeables sur secteur, qui pourront à l’avenir servir de générateurs d’électricité, pourront alimenter le réseau en courant au moment le plus opportun grâce aux informations échangées via « Toyota Friend ».

Le PDG de Salesforce.com, Marc Benioff, a déclaré pour sa part qu’avec le développement des véhicules utilisant l’électricité, le conducteur avait besoin que sa voiture puisse lui communiquer des informations à distance, notamment le moment où son temps de recharge est terminé.

« Pour cela, il faut que le véhicule m’envoie un message par les réseaux sociaux ou par e-mail, c’est à dire qu’il faut que mon automobile soit mon +amie+ », comme peut l’être un contact sur un site internet de socialisation, a-t-il précisé.

« Toyota Friend » s’appuyera sur les systèmes de communication embarquée que le fabricant américain de logiciel Microsoft va codévelopper avec Toyota en vertu d’un accord annoncé au début du mois d’avril entre les deux géants.

Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés – [Article original sur google actualité->

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLe gouvernement crée une commission d’enquête indépendante
Article suivantDes ingénieurs à la retraite sont prêts à reprendre du service à Fukushima