Un curieux événement survenu dans le cyberespace donne un tout nouveau sens au terme « cybercriminalité ».

Les policiers japonais rapportent qu’une dame de 43 ans, professeure de piano et adepte du jeu de réalité virtuelle « Maple Story », a assassiné le personnage de son époux virtuel tellement elle était furieuse qu’il ait divorcée d’elle de manière inattendue.

La dame a apparemment utilisé le nom d’usager et le mot de passe de l’homme qui se trouvait derrière le personnage de son époux virtuel pour commettre le meurtre en mai dernier.

Selon les policiers, la dame n’avait toutefois pas planifié de vengeance dans la réalité mais, bien qu’elle n’ait pas encore été formellement accusée, elle pourrait malgré tout s’exposer à une peine maximale de cinq ans ou à une amende pouvant atteindre 5000 $.

L’homme, un col blanc de 33 ans, lui avait donné ses codes d’accès lorsque leurs personnages respectifs étaient mariés et filaient, apparemment, le parfait bonheur.

Il a porté plainte aux policiers en découvrant que son « moi virtuel » était mort.

Les joueurs de « Maple Story » créent et manipulent des personnages qui les représentent et développent des relations, participent à des activités sociales tout en luttant contre des monstres et autres dangers.

[La Presse Canadienne->http://canadianpress.google.com]

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentL’économie japonaise n’est pas en mauvais état, selon Taro Aso
Article suivantQuarante-huit heures à Tokyo