Ce vendredi le Japon et les États-Unis ont publié un communiqué conjoint concernant le redéploiement des forces américaines au Japon, dont le retrait de 9000 Marines d’Okinawa.

Il y est annoncé que les deux gouvernements chercheront à réaliser un nouveau positionnement des forces militaires américaines dans la région Asie-Pacifique. Cela fait partie d’une stratégie globale de redéploiement du contingent américain en Asie, avec une intensification de la coopération militaire avec l’Australie, les Philippines et Singapour.

Le communiqué stipule le transfert de certains Marines hors d’Okinawa, où depuis longtemps la présence américaine engendre de nombreuses tensions avec la population locale, et le retour au Japon d’installations militaires américaines.

D’après le nouvel accord, 9000 Marines vont être déplacés, dont 5000 militaires vont quitter Okinawa pour le territoire américain de Guam, et 4000 vont se répartir entre Hawaï et l’Australie. Environ 10 000 soldats resteront dans la préfecture.

De plus, les deux gouvernements se sont mis d’accord pour que les États-Unis opère le retour d’une douzaine d’installations militaires  dans la base du sud d’Okinawa, US Kadena Air Base.

Le coût total du redéploiement à Guam devrait atteindre les 8.6 millions de dollars dont environ 2.8 millions assumés par le Japon. Mais le Japon a déclaré ne prendre en charge aucune dépense financière supplémentaire, comme des investissements ou des prêts.

Les deux pays ont confirmé que l’actuel projet de déplacement de la base aérienne de Futenma vers une baie protégée de l’île d’Okinawa reste la seule solution viable qui ait été trouvée à ce jour. Mais les opposants à la présence militaire américaine, accusée d’être une source d’insécurité, souhaitent la fermeture définitive de la base.

Carine Dupuis – source : NHK World, Le Parisien