Plusieurs milliers de Japonais s’enferment chez eux pendant des mois, refusant d’aller travailler ou étudier. Ce phénomène a été mis en lumière dans une enquête menée récemment par le ministère de la Santé.
Chaque année, plus de 6 000 personnes restent cloîtrées chez elles pendant plus de six mois, refusant de se rendre à l’école ou au travail, et leurs proches demandent de l’aide aux centres de soins et autres établissements analogues du pays. Telle est la conclusion de la première enquête effectuée sur ce sujet par le ministère de la Santé, du Travail et du Bien-Etre. Sachant que près de 60 % d’entre eux ont plus de 21 ans, le ministère a demandé que les 56 centres de soins et de santé mentale dont l’archipel dispose étendent leurs prestations aux familles de tous les reclus [jusqu’ici, on s’intéressait surtout aux cas des enfants], une première mesure dont on ne peut que se féliciter.
Cette tendance à la réclusion a commencé à attirer l’attention de la société à la suite de la série de crimes qui a défrayé la chronique depuis la fin 1999. Qu’il s’agisse du meurtre d’un élève dans une école primaire à Kyoto, de la séquestration [durant plus de neuf ans] d’une jeune fille à Kashiwazaki [au nord de Tokyo] ou du détournement d’un bus à Saga, les auteurs des délits étaient toujours de jeunes reclus. Cette constante a pu donner l’impression que ces individus constituaient une sorte de « réserve de criminels ». Mais, bien qu’il ressorte de l’enquête que 20 % des reclus ont un comportement violent à l’égard de leurs parents, au dire des spécialistes, ces jeunes sont généralement des personnes timides et dociles. Les criminels pourraient donc n’être que des exceptions.
Quoi qu’il en soit, les cas rapportés par les parents et les proches, comme ceux répertoriés dans l’enquête du ministère, ne représentent que la partie visible de l’iceberg. La partie cachée est autrement plus importante. Le phénomène de réclusion peut être engendré par différents facteurs, mais souvent les sujets sont incapables de participer aux activités sociales et se sentent frustrés et mécontents d’eux-mêmes. Se jugeant responsables de leur difficulté à communiquer, ils paniquent à l’idée d’avoir des relations avec autrui et s’isolent toujours plus. Ce cercle vicieux fait que près de 40 % des cas recensés étaient cloîtrés chez eux depuis plus de trois ans.
Les familles de ces individus éprouvent elles-mêmes un fort sentiment d’isolement. Beaucoup de parents, considérant que la situation est honteuse, tentent de cacher le problème à leur entourage, et ce sentiment rejaillit sur l’enfant. Il arrive même que la famille tout entière, n’ayant personne à qui se confier, finisse par se couper totalement du monde.
pour résoudre les problèmes, des associations se mobilisent
Le phénomène de réclusion se manifeste à un degré plus ou moins important chez la plupart des adolescents. Il arrive parfois qu’il fasse partie intégrante de la construction de la personnalité et du développement de la créativité. Il est donc déplacé de le voir sous un jour entièrement négatif, et plus encore comme un facteur criminel. Mais, quand le trouble persiste, il peut déboucher sur des problèmes plus sérieux, parmi lesquels l’anthropophobie, l’insomnie, la violence domestique et les tentatives de suicide à répétition. L’aide de personnes extérieures, capables de pénétrer à l’intérieur de ce « circuit fermé », est essentielle, surtout lorsque le problème affecte l’ensemble de la famille. Si les auteurs de la séquestration de la jeune fille ou du détournement du bus avaient reçu une écoute attentive dans un centre de soins, un commissariat de police ou un hôpital, peut-être ces affaires auraient-elles pu être évitées ou tout au moins écourtées.
Depuis quelque temps, Friend Space, une organisation privée de Matsudo [dans la banlieue est de Tokyo], offre des logements aux jeunes souffrant du syndrome de réclusion et leur propose aussi la visite de psychologues à domicile. A Fukuoka [dans le sud de l’archipel], les sujets atteints de ce trouble et leurs proches commencent à former eux-mêmes des groupes d’entraide. Compte tenu des difficultés qu’éprouvent les jeunes reclus à se rendre dans des établissements publics et du manque de spécialistes, la pratique et les moyens dont disposent les organisations non gouvernementales pourraient s’avérer d’un grand secours dans ce domaine.

Asahi Shimbun

www.courrierinternational.com

PARTAGER