Des scientifiques japonais étudient le langage des huîtres

Des scientifiques Japonais ont commencé à étudier le langage des huîtres dans le but de découvrir ce qu’elles disent à propos de leur environnement.

Les chercheurs surveillent l’ouverture et la fermeture de la coquille de l’huître, notamment lorsqu’il y a des changements dans leur habitat naturel, comme la diminution de l’oxygène ou la marée rouge, une floraison d’algues qui étouffent en masse les crustacés.

A l’aide d’un dispositif qu’ils ont surnommé le « Kai-lingual », un jeu de mot sur « kai »  qui veut dire crustacé en Japonais, les scientifiques de l’Université Kagawa tentent de décoder les mouvements des huîtres qui pourraient nous avertir d’éventuels problèmes.

Le Kai-lingual se sert d’une série de capteurs et d’aimants pour envoyer des informations sur l’ouverture et la fermeture de la coquille des huîtres lorsqu’elles réagissent  à un changement environnemental. Cette technique n’a jamais été utilisée sur les huîtres élevées à des fins alimentaires, mais a été utilisée pour l’élevage des huîtres perlières.

« Grâce au kai-lingual, on peut entendre leurs “cris”, du genre  “on souffre du manque d’oxygène” », a expliqué Tsuneo Honjo, le directeur du Centre de Recherche sur la Mer Régionale Intérieure de Seto à l’université.

« Les huîtres perlières ont été placées chez leurs cousines les huîtres d’élevage, où elles ont joué le rôle d’interprète, informant les producteurs sur les changements de l’océan » a-t-il dit. « Au cours de ces années de recherche nous avons pu fermement établir  des discussions avec les huîtres perlières.  Le but de ce projet, serait qu’elles traduisent pour nous les réactions des huîtres d’élevages.»

Honjo a précisé que les recherches avaient débuté en Octobre et qu’elles se termineraient en Mars, « jusqu’à présent, les huîtres ont parlé d’une manière sensée. » a-t-il fini par dire.

Amandine – Source : Japantoday