Alors qu’elle avait annoncé le 13 mars n’avoir aucun lien avec l’établissement Morimoto, actuellement en plein scandale financier, la Ministre de la Défense Tomomi Inada est revenue sur ses mots le 14 mars. L’opposition réclame son départ, mais elle garde le soutien du Premier Ministre.

Lors d’une session de la Diète, lundi, Tomomi Inada avait affirmé n’avoir jamais eu à servir les intérêts juridiques de l’établissement Moritomo. Une déclaration sur laquelle elle est revenue le lendemain, après que l’agence de presse Kyodo News ait mis en évidence des dossiers judiciaires prouvant qu’elle avait effectivement représenté l’école fin 2004 à la place de son mari. « J’ai répondu en faisant confiance à ma mémoire. Malgré cela, certaines de mes déclarations étaient erronées. Je les corrige et m’en excuse » s’explique t-elle.

Les partis d’opposition réclament une nouvelle fois la démission de la Ministre, pour avoir fourni de faux témoignages. Ils remettent également en questions les pouvoirs qui lui ont été accordé, affirmant ne plus pouvoir lui faire confiance. Toutefois, Tomomi Inada conserve le soutien du Premier Ministre Shinzô Abe, qui ne demandera pas son départ.