Tokyo, 16/09 – Sonnée par sa récente débâcle électorale puis la brusque démission du Premier ministre Shinzo Abe, la droite au pouvoir au Japon se cherche un chef capable de la sortir de cette grave crise sans précédent, et pense l`avoir trouvé en la personne du modéré Yasuo Fukuda.

En quelques jours, la « colombe » Fukuda a creusé l`écart avec son unique rival, le « faucon » Taro Aso, un ancien chef de la diplomatie.

M. Fukuda semble bien parti pour devenir le prochain Premier ministre du Japon. La course n`est pas pour autant gagnée, M. Aso étant très populaire, notamment auprès des jeunes (il est un fan de manga).

« Quel que soit le choix, il faut ne pas se tromper et être bien sûr qu`il s`agit de la figure la mieux à même d`affronter une telle crise », souligne le politologue Takao Toshikawa.

Fin juillet, le Parti libéral-démocrate (PLD), le grand parti de droite au pouvoir au Japon depuis près d`un demi-siècle, a subi la pire humiliation électorale de son histoire et perdu la majorité au Sénat.

L`analyse des résultats a confirmé l`effritement -en particulier dans les campagnes- de la base du PLD, naguère connu comme une invincible machine de guerre électorale.

Après avoir refusé d`assumer cette bérézina, le Premier ministre conservateur Abe, de plus en plus fragilisé et en mauvaise santé, a pris de court les Japonais en annonçant sa démission mercredi dernier

Source : Angolapress

PARTAGER