Une fusée japonaise H-2A a tiré vendredi le satellite scientifique Ibuki. Les Japonais sont ainsi les premiers à placer en orbite un observatoire spatial des gaz à effet de serre. L’instrument de 1.750 kg qui tourne à plus de 600 km d’altitude quantifiera dans l’atmosphère la présence de CO2 et des autres gaz comme le méthane. L’Agence spatiale japonaise explique que l’enjeu est de mieux comprendre le comportement des gaz. La mission durera cinq ans et a nécessité 34,6 milliards de yens (300 millions d’euros) d’investissement.

Ibuki est doté d’un capteur capable de balayer plus de 18.000 longueurs d’ondes. Il mesurera les rayons infrarouges émis par le soleil et réfléchis par l’atmosphère, les infrarouges émis par le sol et l’atmosphère eux-mêmes. Quand la lumière passe à travers un gaz, une partie de son spectre infrarouge est absorbée, signant la nature du fluide. Il est ainsi possible de discriminer les gaz à effet de serre des composants habituels de l’atmosphère. Ibuki mesurera la densité des gaz sur 56.000 points autour du globe, un maillage « d’une finesse bien supérieure à ce qu’il est possible de réaliser depuis un avion ou au sol », selon la Jaxa. Ces mesures se font actuellement au sol depuis moins de 300 stations.

Ce lancement constitue également un succès pour la fusée H-2A, le neuvième d’affilée.

[Lesechos.fr->http://www.lesechos.fr/info/metiers/4822826-le-japon-met-en-orbite-un-espion-a-gaz-a-effet-de-serre.htm]

PARTAGER