Introduisez une pièce dans la fente et actionnez la pince pour gagner un jouet en peluche, une montre bon marché… ou un homard vivant à consommer sur place, si vous êtes au Japon. Le Sub Marine Catcher – un réservoir d’eau oxygénée où évoluent une dizaine de crustacés – fait un tabac dans les salles de jeux nippones, au grand dam des défenseurs des animaux, qui crient à la torture. Ridicule, estime M. Kazutomo Henmi, de la salle de jeux Omoron, à Tokyo. « Nous les traitons bien. Ce n’est pas pire que la pêche. » Et c’est lucratif : chaque machine rapporte 10 000 yens pour une pêche moyenne de trois à quatre homards par jour.

www.courrierinternational.com

PARTAGER