Okinawa : une nouvelle donne stratégique sur fond de contentieux politique

Toujours dans la continuité des accords bilatéraux sur le redéploiement des forces américaines stationnées à Okinawa, les mouvements de départ des unités de Marines du Pacifique ont débuté.

Les premiers éléments (200 hommes) du contingent de 2 500 marines qui stationneront (théoriquement par rotations hexamensuelles) sur la base de Darwin, viennent d’arriver.

Ce retrait soulève un certain nombre de questions pour Tôkyô. La crise nord-coréenne et les fréquentes incursions chinoises dans la région cristallisent les craintes (il s’agit d’un passage stratégique pour la flotte chinoise voguant vers le Pacifique): en raison de son importance stratégique, un renforcement des effectifs des forces d’autodéfense japonaises dans le secteur des îles Nansei s’impose. Celui-ci était déjà envisagé à l’horizon 2011 et au-delà (programmation militaire de 2010).

Ce choix nécessiterait la construction d’une nouvelle base pour le stationnement de ces unités (île d’Ishikagi), projet qui n’a pas les faveurs de la population de l’île. Mais, comme l’a déclaré un responsable des forces d’autodéfense, le déploiement du dispositif antimissile a fait comprendre aux populations d’Okinawa, qu’elles sont réellement menacées par la Chine et la Corée du Nord. Lisez entre les lignes: cette mesure préventive était aussi un moyen de faire accepter par les habitants un renforcement des unités d’autodéfense dans leur préfecture.

Rémy Valat – source : The daily Yomiuri Shinbun, éditions des 3 et 5 avril 2012