Alors que le président des Etats-Unis, Barack Obama, est sur le point de commencer sa tournée asiatique (au Japon, en Corée du Sud, en Malaisie, aux Philippines), la provocation envers la Chine et la Corée du Sud n’est pas pour autant sur pause.

Yasukuni Jinja. Photo : Lover of Romance, 2007
Yasukuni Jinja. Photo : Lover of Romance, 2007

Les évènements avaient déjà pris une tournure assez mauvaise quand le Ministre de l’Intérieur, Yoshitaka Shindo, avait rendu visite le 12 avril dernier au temple de Yasukuni, qui, rappelons-le, rend honneur à des criminels de guerre de la 2e Guerre Mondiale. Le chef du Cabinet, Yoshihide Suga, n’avait alors pas voulu commenter ce qu’il considérait comme une visite à titre personnel, et non pas comme celle d’un ministre. Le Premier ministre, Shinzô Abe, a évité de s’y rendre mais a toutefois offert une offrande.

Les choses pourraient se corser alors que 150 législateurs ont décidé de rendre visite au temple Yasukuni dans la matinée d’hier, qui est perçue comme une provocation supplémentaire par la Chine, la Corée du Sud, et éventuellement par les Etats-Unis. Cependant, le New Komeito, allié du parti au pouvoir, considère ces visites comme étant irrespectueuses car elles ne font que rajouter de l’huile sur le feu dans les relations avec les pays voisins. Hidehisa Otsuji, membre du parti libéral-démocrate, a décliné tout lien entre les visites des législateurs au temple Yasukuni mardi et celle d’Obama ce mercredi. Il ajoute que son père est lui-même honoré à ce temple : « Je visite ce temple depuis des décennies et je continue à respecter la tradition comme je l’ai toujours fait. Rien de plus ».

Ces visites tombent au plus mauvais moment alors que Barack Obama rencontre Shinzô Abe ce mercredi 23 avril, dans un but diplomatique et économique. Le président des Etats-Unis devait aussi apporter son soutien au Japon concernant l’administration des îles Senkaku (Diaoyu en chinois) dans le cadre de l’article 5 du traité de coopération mutuelle Etats-Unis – Japon, comme il l’a annoncé avant sa visite au Premier ministre japonais. Cependant, la visite de Shinzô Abe au temple Yasukuni quelques mois auparavant avait fortement déplu au gouvernement américain et il est fort possible que ce soit une nouvelle fois le cas cette fois-ci.

Claire Bouyssou – sources : Japan Times, Asahi Shimbun, Japan News 1, Japan News 2

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentConférence du journaliste Hisanori Isomura à Tôkyô
Article suivantExposition « Fragments du Japon » du label photographique GRAF à Paris

10 Commentaires

    • Les politiques qui détiennent le pouvoir législatif : les élus de la chambre des représentants (ou chambre basse) et ceux de la chambre des conseillers (ou chambre haute). En France, on parlerait plutôt de députés ou de sénateurs.

      Le terme de législateur englobe ces deux catégories et désigne tout simplement des personnes qui font et votent des lois.

  1. Si ça leur fait plaisir de se rendre au Yasukuni, qu’il y aillent, que la Chine et la Corée protestent s’il veulent.
    Tant que les parlementaires ne votent pas de loi pour obliger la population japonaise à se rendre au Yasukuni ou utilisent l’argent de l’Etat pour entretenir le sanctuaire ça ne me dérange pas.

    • « …n’utilisent pas… » tu veux dire.
      Ils n’auront pas besoin de faire ça pour exalter la ferveur nationaliste des gens au Japon.
      D’ailleurs tu touches là au principal problème avec les visites de représentants de l’Etat dans un sanctuaire religieux privé.
      Il faut quand même rappeler que d’après sa constitution, le Japon est un pays laïque, tout comme la France. Mais comme Shinzozo Abe souhaite changer cette chère constitution, il pourrait très bien faire en sorte qu’un jour, on se dise sérieusement:
      « Là, ça commence à me déranger un peu… »

        • Par contre, il reçoit son adhésion, ce qui semble assez inapproprié pour un état officiellement laïque.

          Qu’ils commencent par enlever du sanctuaire les noms des criminels de guerre connus avant de jouer les hypocrites par calcul politique, en faisant semblant d’aller rendre hommage aux soldats morts, dont les familles n’ont pour la plupart jamais reçu aucune compensation en remerciement de leurs sacrifices pour la patrie et n’ont eu que leurs yeux pour pleurer…
          Sérieux, qu’ils laissent honnêtement les sanctuaires aux humbles et cuisinent leurs okayu politiques ailleurs!!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.