Alors que le pays entier commémore le 4e anniversaire de la triple catastrophe du Tôhoku, un compte-rendu des victimes s’impose. Alors que le bilan s’alourdit, il pourrait être encore plus important que ce que les experts annoncent.

Des sinistrés de la catastrophe de Fukushima font la queue pour acheter des provisions, le 13 mars 2011. (source : Hitomi)
Des sinistrés font la queue pour acheter des provisions, le 13 mars 2011. (source : Hitomi)

Les morts causées par la triple catastrophe de 2011, séisme, tsunami et centrale nucléaire dévastée de Fukushima ne se sont pas limitées à ce mois de mars. Aujourd’hui encore, elle fait des victimes, comme une bombe à retardement. Le 4 mars 2015, la mort de 1 867 personnes a été reconnue comme étant liée au tremblement de terre, au tsunami et à la crise nucléaire, dépassant ainsi les 1 603 reconnues comme étant décédées directement à cause du tremblement de terre et du tsunami.

Le problème qui subsiste, entre la censure des médias et la langue de bois des autorités compétentes, est celui de la reconnaissance du décès comme étant lié à la catastrophe. Pour aboutir à la conclusion qu’un décès a bien eu lieu à cause de cela, un panel de docteurs, d’avocats et d’autres experts doivent statuer afin de rendre leur verdicts. Mais plus le temps passe, plus il est difficile de le prouver. Quand un lien a effectivement été trouvé, un dédommagement de 5 millions de yens est versé à la famille de la victime. Cependant nombre d’entre elles ne sont pas d’accord lorsque que le résultat est négatif et font objection. Elles jugent, en effet, qu’il n’existe pas de standards clairs afin de définir un lien. Des familles réclament aussi que des compensations financières soient versées aux familles ayant perdu l’un des leurs à cause du stress engendré par la triple catastrophe.

Pour l’instant, parmi les trois préfectures les plus touchées par la catastrophe, Fukushima a 54% de personnes décédées de manière indirecte à cause du désastre. Ratio qui baisse dans les préfectures d’Iwate et Miyagi, 9% pour chacune. De plus, beaucoup de citoyens ne vivent toujours pas dans des conditions favorables. Près de 120 000 personnes mènent encore une vie de réfugié, là où les municipalités peuvent les accueillir, dans des hébergements provisoires généralement. Les politiques locaux rendent aussi visite aux sinistrés afin d’évaluer la situation. Accompagnés d’équipes, ils veillent aussi à leur bon moral car le nombre de suicides a dramatiquement augmenté à cause de leur situation précaire prolongée.

Claire Bouyssou – source : The Japan Times

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentVisite diplomatique au Japon de Laurent Fabius
Article suivantSans Crayon : l’autre dessin

4 Commentaires

    • Fukushima , pas un mort ; Vous êtes le 1ER à le dire . Tout va bien donc avec le nucléaire pas de raison et revoilà l ‘URSS . pas de victimes au Japon ? Il y a un truc . Bon excusez moi je vais m ‘absenter quelque peu pour laisser délirer tranquillement .

  1. Je découvre le site par cet article… et ses commentaires. C’est marrant de voir que la culture du « NIMBY » atteint plus facilement les esprits que la radioactivité n’atteint les consciences… non ? En France c’était avec Tchernobyl et les nuages sans passeport :))

    • Et je te signale, ix em, que j’habite à 150 km de Fukushima, que j’étais à Tokyo en mars 2011 et je suis pro-nucléaire mais contre le copinage entre l’Etat et les grandes entreprises publiques et privées qui est à la source de tous les problèmes.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.