Dans la revue de presse de ce mercredi 27 janvier, nous aborderons : 973 nouveaux cas positifs de coronavirus, près de 20 000 congélateurs prévus pour stocker les vaccins, et l’inculpation de deux médecins pour la mort d’un enfant. 

Tôkyô enregistre 973 nouvelles infections au coronavirus

Tôkyô enregistre, à nouveau, un mauvais résultat pour les infections au coronavirus ce mardi 27 janvier. En effet, 973 cas ont été recensés en cette seule journée, a déclaré le gouvernement. Les nouvelles infections surviennent après que Tôkyô ait enregistré 1026 infectés le 26 janvier dernier. La capitale japonaise reste prisonnière d’une troisième vague, après des poussées antérieures en avril et en août de l’année dernière. Au cours de la première semaine de janvier, il y avait une moyenne de 1 230 cas par jour, puis de 1 611 pour la seconde. De nouveaux records surviennent sans cesse, selon le gouvernement. Ce dernier signale plus de 96 000 cas au total depuis le début 2021, et le nombre de décès est en hausse constante. De plus, près de 2 847 patients sont hospitalisés à Tôkyô, et 148 personnes sont dans un état critique.

Le Japon va sécuriser 20 000 congélateurs pour les vaccins contre la Covid-19

Le Japon prévoit de sécuriser environ 20 000 congélateurs pour le stockage des vaccins contre le coronavirus, alors que le pays intensifie les préparatifs de leur livraison. Le gouvernement les distribuera aux établissements médicaux du pays, et les vaccinations devraient commencer fin février, en débutant par le personnel médical. Avec une population d’environ 126 millions d’habitants, le Japon s’apprête à obtenir 310 millions de doses des vaccins de Pfizer, Moderna et AstraZeneca Plc, suffisamment pour 157 millions de personnes. Le gouvernement prévoit de distribuer 1 500 congélateurs pour le vaccin Pfizer aux centres de vaccination désignés d’ici la fin février, 3 300 unités d’ici la fin mars et le reste d’ici la fin juin.

2 médecins de Tôkyô inculpés pour la mort d’un enfant

Deux médecins ont été inculpés pour négligence ayant entraîné la mort de Kosuke, un garçon de 2 ans, dans un hôpital de Tôkyô le 18 février 2014, en raison d’une utilisation excessive de sédatif. Ils ont été accusés d’avoir administré une dose excessive de propofol après que Kosuke ait subi une opération du cou. La dose administrée était deux fois supérieure à celle qu’aurait pu bénéficier un adulte, et ce en moins de 72 heures. « Je ne pense pas que les médecins, y compris les deux inculpés, et l’hôpital font face à la mort de mon fils », a déclaré la mère de Kosuke.

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédent618 nouvelles infections⎪Des patients Covid-19 cachés⎪Un robot pour le nucléaire
Article suivant1064 nouvelles infections⎪Un vaccin pour les sans-abris⎪Les difficultés mises en poésie

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.