Après des décennies de désaccord sur la question des « femmes de réconfort », le Japon et la Corée du Sud se sont enfin réconciliés sur ce problème.

Les ministres des Affaires étrangères japonais et coréen lors de l'annonce de l'accord (© MOFA of Japan)
Les ministres des Affaires étrangères japonais et coréen lors de l’annonce de l’accord (© MOFA of Japan)

Les « femmes de réconforts » étaient des femmes, principalement coréennes, qui pendant la guerre étaient forcées de travailler dans des maisons closes gérées par l’armée impériale. Le problème est surtout que la Corée du Sud souhaite obtenir du Japon des excuses officielles ainsi qu’un dédommagement pour les victimes.

Shinzô Abe a donc exprimé ses excuses et ses regrets pour cette affaire. Il s’excusera aussi auprès des victimes et il s’est engagé à verser un milliard de yens à une fondation créée en Corée du Sud pour ces femmes.

Cependant, ce n’est pas le Premier ministre qui s’est rendu à Séoul pour établir cet accord. Ce sont les ministres des Affaires étrangères japonais et coréen qui ont tenu les pourparlers en restant en contact par téléphone avec leur dirigeant.

Pour Shinzô Abe, cet accord annonce une « nouvelle ère » pour les relations entre les deux pays. Les partis souhaitent que cette question soit réglée une bonne fois pour toute.

Séoul et Tôkyô veulent pour cette année que leurs relations s’améliorent et aussi régler les problèmes du passé afin de concentrer sur le futur des deux pays.

Caroline – sources : The Japan Times, The Asahi Shimbun