Synopsis 

Nous suivons l’histoire de l’inspecteur Nishi, antihéros taillé sur-mesure et qui représente à lui-seul tout le drame de la condition humaine. En effet à la suite d’une fusillade qui a mal tournée son partenaire Horibe devient paraplégique. Yoshitaka Nishi, violent et imprévisible, quitte la police pour se consacrer à son épouse, Miyuki, atteinte d’une maladie incurable. Déguisé en officier policier, il va régler à sa manière sa dette envers les Yakuza et partir pour un dernier voyage avec sa femme à travers le Japon.

Notre avis : 

Septième film de Takeshi Kitano, Hana-Bi est une œuvre qui nous ammène aux portes de la Mort, mais aussi de l’Amour, de la violence et de la résilience, de l’espoir et de la fatalité. Un film aux multiples éclats comme en témoigne son titre Hana-bi (花火), littéralement « Fleurs de feu », hana 花, la fleur et hi ,le feu soit « Feux d’Artifice ». Tous les personnages de Hana-Bi ont en commun cette morosité comportementale, cette résignation fataliste à essuyer les mauvais coups du destin tout en essayant de continuer à vivre « malgré tout ».
Face à cette morosité ambiante le réalisateur a choisi d’exploiter le concept de l’Art comme échappatoire à la douleur existentielle en nous proposant de nous extasier sur le « Beau », tout simplement. Tout le concept du film repose sur une alternance; d’un côté la noirceur de la vie, tragique, et de l’autre la beauté de la vie, simple et magique. Il s’y dégage un sentiment de mélancolie et de fatalité, tant par son aspect poétique que l’histoire en elle-même, c’est une oeuvre très touchante.