Dans cette revue de presse du mardi 21 août, nous aborderons : les deux typhons en approche, le recrutement de centaines d’aide-soignants étrangers, l’alliance entre le Japon et l’Inde ainsi qu’un nouvel engrais créé à partir de restes d’alcool.

Deux typhons arrivent sur le Japon cette semaine

Le typhon Soulik, et ses rafales allant jusqu’à 216 km/h, devrait frapper l’archipel d’Amami et approcher la partie sud de Kyûshû ce mardi soir et jusqu’à mercredi matin. La région sud de Kyûshû devrait subir les plus fortes pluies allant jusqu’à 400 mm mercredi midi, suivi de 300 mm dans la région d’Amami et de 250 mm dans la région de Shikoku. L’autre typhon, Cimaron, est lui actuellement situé loin au sud de Tôkyô et devrait approcher l’Ouest du Japon vendredi.

Le gouvernement va accepter plus de personnel médical étranger

Faisant face à une pénurie de main-d’œuvre dans le pays, le gouvernement nippon a annoncé vouloir alléger les conditions de recrutement d’aide-soignants et autres infirmiers en provenance d’Indonésie, des Philippines et du Vietnam. Les termes actuels limitant à  300 travailleurs par pays, le gouvernement envisage d’augmenter ces quotas à la condition que les concernés aient un bon niveau en langue japonaise.

Le Japon et l’Inde entament des discussions pour stopper la Chine

Le ministre de La Défense Itsunori Onodera et son homologue indien Nirmala Sitharaman se seraient mis d’accord sur une alliance militaire bilatérale. En effet, afin de stopper l’influence chinoise dans le sud de l’Asie, les deux pays ont développé un pacte qui leur permettra de partager leur méthodes de défense et du matériel, y compris du carburant et des munitions. Des progrès sur le premier exercice conjoint des forces terrestres d’auto-défense du Japon et de l’armée indienne prévu pour cet automne ont également été communiqués.

Des élèves développent de l’engrais avec des restes de distillation

Après la distillation du Shôchû, une liqueur traditionnelle japonaise, se débarrasser du « kasu » (la lie) coûte des millions de yens aux entreprises de l’industrie. Cependant, un groupe d’étudiants de l’université d’ingénieur de Sôjô, dans le département de Kumamoto, a découvert que les restes de la distillation étaient riches en acide citrique, lequel peut être utilisé dans la mise au point et l’élevage de bactéries photosynthétiques, s’avérant être un très bon engrais.