Les visiteurs au Japon sont souvent surpris par l’attitude des employés dans les magasins, les restaurants ou les administrations. On entend souvent que ceux-ci sont « robotisés ». Au centre de ce comportement, se trouve une différence notable entre la France et le Japon.

Info-Japon-Yaku.No6En France, dans le travail comme dans la vie privée, les individus se définissent par leur identité (une représentation d’eux-mêmes qu’ils se forgent au cours de la vie) et acceptent assez mal d’avoir à jouer des rôles. Au Japon au contraire, les individus se définissent prioritairement par le rôle qu’ils endossent à un instant donné.

 

En ce qui qui concerne le comportement dans le travail et dans la vie personnelle, la différence entre le Japon et la France se perçoit particulièrement sur deux points.

D’abord, on peut dire qu’en France, c’est l’identité personnelle qui caractérise la personne. Celle-ci se définit à travers, entre autres, les diplômes et les qualifications, la profession, l’origine sociale, régionale, ethnique, ou encore le type d’intérêts ou de loisirs. Les Japonais voient plutôt les relations en termes de rôles sociaux : rôle d’employé, rôle de mari ou de femme, rôle de père ou de mère. Ils tendent à se conformer à des stéréotypes, et s’attendent à ce que les autres le fassent aussi. Par exemple, on s’attendra à ce que les hommes se comportent en hommes et les femmes en femmes, selon les critères stéréotypiques qui définissent les premiers et les secondes. Ainsi, la différence entre les sexes est très marquée, jusque dans le langage comme on le sait.

Des employés de bureau balayant des feuilles sur le trottoir de l'entreprise.
Des employés de bureau balayant des feuilles sur le trottoir de l’entreprise.

Ensuite, les employés japonais trouvent normal de travailler « selon le manuel », c’est à dire en apprenant par cœur des formules et des gestes. En France, en revanche, on n’aime guère travailler de façon stéréotypée. De plus, on a une très forte conscience de sa qualification personnelle et on accepte mal des emplois ou des tâches qui n’y correspondent pas (ce qu’on trouve par exemple dans le fameux « C’est pas mon boulot ! » que tout le monde a déjà entendu en France). Les employés japonais, eux, acceptent complètement le rôle professionnel et ses exigences. De plus, comme c’est le plus souvent l’entreprise qui se charge de la formation (et non le système éducatif), chacun occupe toutes sortes de postes et remplit toutes sortes de tâches, sans rechigner devant telle ou telle besogne jugée indigne ou trop contraignante.

Pour en savoir plus : Jean-Luc Azra (2011) «Les Japonais sont-ils différents?» (Éditions Connaissances et Savoirs)

close

Tous les jours gratuitement votre concentré de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. Synthétisé grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.