Paul Jacoulet, rare Occidental ayant passé toute sa vie au Japon, a renouvelé l’art de l’estampe ukiyo-e par l’audace des couleurs et l’originalité des sujets traités. Artiste-voyageur, il a réalisé d’étonnantes séries de portraits et de scènes de la vie quotidienne du Japon, mais aussi de Corée, de Chine, de Mongolie,de Micronésie. La centaine de gravures sur bois réunies dans cette exposition a été réalisée entre 1934 et 1960. Entre témoignage ethnographique et Asie rêvée, ces œuvres nous entraînent dans un monde aujourd’hui disparu.paul-jacoulet-affiche

Né à Paris en 1896, Paul Jacoulet a trois ans lorsque ses parents s’installent au Japon. Il y restera jusqu’à sa mort en 1960. Dès l’adolescence, il suit l’enseignement de maîtres qui l’initient à la peinture classique de style ukiyo-e.

Jacoulet voyage intensément dans les îles du Pacifique, en Corée puis en Mandchourie, territoires alors sous contrôle nippon. D’abord aquarelliste, il choisit à partir de 1934 la technique de la gravure sur bois comme moyen d’expression principal. Très tôt, ses estampes sont exposées à Tokyo, Osaka, Kobe et Séoul. Cependant, affecté par le chaos né de l’entrée en guerre du Japon, il cesse de peindre pendant toute la durée du conflit. Fin 1946, encouragé par quelques Américains, membres des troupes d’occupation, il reprend la production d’estampes et son succès dépasse dès lors le Japon et la Corée pour s’étendre aux États-Unis et en Australie.

Ses œuvres, série flamboyante de portraits d’hommes et de femmes des pays d’Extrême-Orient et des archipels du Pacifique, y font l’objet de nombreuses expositions. On y découvre une sensibilité aiguisée, une démarche quasi ethnographique, une sensualité audacieuse couronnée d’une parfaite maîtrise technique. Mais derrière la beauté d’un monde coloré et souriant se perçoit la certitude de sa prochaine disparition.

Paul Jacoulet est resté longtemps inconnu en France. Ce n’est qu’en 2011 qu’une première exposition lui est consacrée à la Bibliothèque nationale de France, suivie, en 2013, d’une autre au Musée du quai Branly. A son tour, la MCJP met à l’honneur cet artiste singulier, ouvert sur le monde, qui fit la synthèse des univers occidentaux et orientaux.

Les œuvres de l’exposition ont été aimablement prêtées par Monsieur Jacques Dumasy, ancien diplomate ayant résidé de nombreuses années en Extrême-Orient.

Plus d’informations :

  • Dates : du 9 septembre au 15 octobre 2016
  • Lieu : MCJP, 101 bis quai Branly, 75015 Paris
  • Entrée libre
close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédent[Abonné] Cool biz : la campagne estivale verte pour lutter contre le réchauffement climatique
Article suivantLe gouvernement va se pencher sur la question de l’abdication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.