, L’impopularité de Shinzo Abe

Shinzo Abe continue à battre des records d’impopularité

TOKYO – Le Premier ministre conservateur japonais Shinzo Abe continue de battre des records d’impopularité, qui minent son autorité et son maintien au pouvoir, à la suite de la récente débâcle électorale de la coalition gouvernementale, révèlent des sondages publiés lundi.

Le gouvernement de M. Abe ne recueille plus que 22% d’opinions favorables, contre 65% qui le désapprouvent, soit une hausse de 12% depuis sa défaite électorale il y a une semaine, selon l’enquête du quotidien de centre-gauche Mainichi réalisée ce week-end auprès de 1.165 personnes.

A titre de comparaison, la cote de l’équipe du Premier ministre se situait à 31% à la veille des élections sénatoriales du 29 juillet et à 67% lorsque M. Abe est arrivé au pouvoir en septembre 2006, précise le Mainichi.

Un autre sondage de la chaîne Nippon Television crédite M. Abe d’un taux de soutien de 24,9% (contre 64,5% de mécontents).

Plus de la moitié des électeurs sondés par Nippon Television réclament le départ de M. Abe et les deux-tiers des élections législatives anticipées d’ici la fin de l’année.

« C’est une réponse très dure », a reconnu le porte-parole du gouvernement, interrogé sur ces sonsages.

Humilié lors du scrutin sénatorial, M. Abe a conduit son Parti libéral-démocrate (PLD), le grand parti de la droite japonaise, à une déroute historique depuis sa création en 1955.

Le PLD et son allié, le parti bouddhiste du Nouveau Komeito, ont subi il y a une semaine une défaite historique lors des élections sénatoriales, perdant le contrôle de la Chambre haute au profit de l’opposition centriste.

Ce dernier sondage livre « un chiffre qui nous fait frissonner », a reconnu un dirigeant du PLD, Taku Yamasaki, en avouant que si des élections législatives anticipées avaient lieu aujourd’hui « le PLD pourrait perdre le pouvoir ».

Affaibli, de plus en plus impopulaire, M. Abe a assumé la responsabilité de la défaite électorale mais a exclu de démissionner, en dépit des appels répétés de l’opposition, et a promis à la place de changer son équipe gouvernementale.

Il veut remanier le gouvernement et la direction du PLD le 27 août à son retour d’une longue visite à l’étranger.

Il compte ensuite convoquer une session extraordinaire du Parlement le 31 août et jusqu’au début décembre.

Désavoué par l’électorat pour des raisons intérieures, M. Abe a comme priorité d’obtenir l’adoption par le Parlement de la législation autorisant la prolongation de la mission de ravitaillement japonaise dans l’Océan indien dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme ».

Mais le leader du Parti démocrate du Japon (PDJ), Ichiro Ozawa, sorti vainqueur du scrutin du 29 juillet et chef de l’opposition, pourrait s’opposer à l’extension du soutien logistique nippon aux forces américaines et alliées dans l’Océan indien.

« Je veux discuter de cette affaire en détail avec les gens du Parti démocrate et solliciter leur coopération », a confié lundi M. Abe.

La loi instaurant la mission japonaise dans l’Océan indien arrive à échéance le 1er novembre.

Deux mois après les attaques islamistes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, le Japon avait adopté une loi « antiterroriste » autorisant les bâtiments de la marine nippone à ravitailler les navires alliés participant aux opérations en Afghanistan.

Source : AFP

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLe Japon dépendant de l’énergie nucléaire
Article suivantLa Tunisie émet un emprunt obligataire sur le marché japonais

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.