La Bourse de Tokyo a terminé la séance de mercredi sur un plongeon de 6,79%, les investisseurs fuyant les actions des grands exportateurs japonais pénalisés par l’appréciation galopante du yen.

A la clôture, l’indice Nikkei 225, moyenne non pondérée des 225 valeurs vedettes, a chuté de 631,56 points (-6,79%) à 8.674,69 points, repassant sous le seuil psychologique des 9.000 points qu’il avait reconquis lundi.

Il s’agit de la 10e pire chute en pourcentage du Nikkei depuis la création de cet indice en 1950.

L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part terminé en baisse de 67,41 points (-7,05%) à 889,23 points.

Les investisseurs japonais s’inquiètent du recul du dollar face au yen, alors que le billet vert s’enfonçait largement sous le seuil des 100 yens. La monnaie japonaise s’apprécie en outre rapidement face à l’euro.

Ce phénomène nuit aux exportateurs japonais, déjà très pénalisés par le recul de la demande aux Etats-Unis pour cause de crise économique.

« Les pressions à la vente se sont accélérées avec le bond du yen », a expliqué Kazuhiro Takahashi, analyste chez SMBC Daiwa Securities.

L’humeur des investisseurs japonais était également assombrie par le fort recul de Wall Street mardi soir, et par une série d’articles de presse pessimistes pour les résultats de grandes entreprises japonaises.

« Les craintes concernant l’impact de la crise financière sur l’économie réelle augmentent rapidement », a poursuivi M. Takahashi.

Alors que la saison des résultats au Japon est sur le point de démarrer, le moral des investisseurs a été douché par un article du quotidien Nikkei selon lequel Mitsubishi UFJ Financial Group, le géant bancaire qui a récemment racheté 21% de la banque d’affaires américaine Morgan Stanley, allait complètement rater ses objectifs pour le premier semestre 2008-2009.

L’action Mitsubishi UFJ a dévissé de 8,83% à 774 yens.

« Cet article sur Mitsubishi UFJ a déclenché des ventes, car la banque était considérée comme une valeur sûre dans la tourmente », a commenté M. Takashi. Selon lui, la santé des banques japonaises ne soulève « aucune crainte, mais les investisseurs sont déçus ».

Le quotidien Nikkei a également affirmé mercredi que les ventes de la marque Toyota allaient reculer en 2008 pour la première fois en dix ans, affectées par la dégradation du marché automobile nord-américain. Un autre journal japonais, Tokyo Shimbun, a prédit que le bénéfice d’exploitation du numéro un japonais de l’automobile allait fondre de moitié pour l’ensemble de l’exercice 2008-2009.

Le titre Toyota a chuté de 6,86% à 3.530 yens. Chez ses concurrents, Nissan a perdu 8,93% à 500 yens et Honda 7,19% à 2.260 yens. Mitsubishi Motors n’a perdu « que » 3,85% à 125 yens après avoir annoncé un surprenant relèvement de ses prévisions de bénéfices pour le premier semestre de l’exercice.

Parmi les autres grands exportateurs, Nippon Steel a terminé en baisse de 7,94% à 313 yens, Mitsubishi Electric de 12,19% à 533 yens, Sony 9,26% à 2.450 yens, Nintendo 7,71% à 32.900 yens, Panasonic 8,44% à 1.551 yens, Canon 6,07% à 3.250 yens et Mitsubishi Heavy Industries 9,46% à 335 yens.

AFP

[Vous pouvez en discuter sur le forum Japoninfos->

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentCoopération entre la Pologne et le Japon
Article suivantUne Japonaise meurt pour manque de place dans les hôpitaux