Quatre des six citoyens japonais détenus en Chine depuis le mois de mars et soupçonnés d' »activités illégales » ont été libérés, a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement japonais.

« Quatre ressortissants japonais détenus dans la province du Shandong et la province de Hainan sont rentrés au Japon », a déclaré le secrétaire général du Cabinet Yoshihide Suga lors d’une conférence de presse. Les deux provinces ont de grandes bases militaires chinoises. NC Geophysical Survey Co (société qui apporte de nouveaux concepts à l’industrie géoscientifique depuis 1976 au Japon), a confirmé que trois des quatre hommes rentrés au Japon étaient ses employés. L’entreprise a déclaré qu’elle avait envoyé quatre employés en Chine en mars pour des recherches géologiques après avoir reçu des commandes de deux développeurs chinois de sources chaudes. Son quatrième employé est toujours détenu.

« La principale responsabilité du gouvernement est de protéger les ressortissants japonais. Nous continuons d’apporter un soutien à ceux qui sont toujours détenus », a déclaré Suga. En 2010, quatre ressortissants japonais ont été détenus en Chine accusés d’être entrés dans une zone militaire et d’avoir pris des photos sans autorisation. Au moins deux citoyens japonais ont été arrêtés pour suspicion d’espionnage en 2015. L’année dernière, la Chine a déclaré qu’elle enquêtait sur un citoyen japonais soupçonné de mettre en danger la sécurité nationale.