La Banque de Corée (BC, banque centrale) a indiqué mercredi qu’afin de supprimer le déficit commercial chronique du pays avec le Japon, la Corée du Sud et le Japon vont focaliser leur attention dans le développement des technologies primordiales et l’encouragement aux petites compagnies.

« Le déficit commercial permanent de la Corée du Sud avec le Japon résulte d’un manque de technologies clefs dans l’industrie des composants locaux, et il y a une différence sociale et culturelle en termes de prise de conscience publique au sujet du secteur industriel », aux dires de la BC.

Selon la banque centrale, l’insuffisance commerciale de la Corée du Sud avec ses voisins a atteint l’année dernière un montant de 29,9 milliards de dollars américains (mds usd), nettement supérieur aux 24,4 mds usd de 2005.

En outre, le déficit commercial total du pays se trouve déjà au niveau de 23,2 mds usd pour les huit premiers mois de l’année, et plus de 60% du manque à gagner proviennent des importations japonaises dans le domaine industriel, toujours selon l’institution bancaire.

La banque centrale a annoncé que le pays a besoin de renforcer sa compétitivité globale en développant sa technologie et en recherchant un plan sur le long terme afin de faire progresser les ressources humaines, ce pour mettre fin au déficit commercial avec le Japon.

Xinhua

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentDeux nouveaux venus aux Affaires étrangères et aux Finances au Japon
Article suivantCrise financière: pour le Japon, un air de déjà-vu