L’aggravation des tensions sur les marchés mondiaux et la multiplication des signes de ralentissement à l’échelle mondiale constituent des risques pour une croissance japonaise déjà fragile, déclare le gouverneur de la Banque du Japon Masaaki Shirakawa.

Il a indiqué que la banque centrale devait surveiller de très près la manière dont les turbulences des marchés mondiaux pouvaient affecter le système financier nippon, l’augmentation des faillites d’entreprises, notamment dans le secteur de l’immobilier, alourdissant davantage encore le coût du crédit.

« Les tensions s’accroissent sur les marchés financiers mondiaux et des risques de baisse existent pour l’économie mondiale », a-t-il estimé dans un discours prononcé au cours d’une réunion des directeurs régionaux de la BoJ.

Shirakawa s’est malgré cela tenu à la ligne neutre de la banque en matière de politique monétaire, répétant que la BoJ examinerait avec soin les risques d’inflation et de ralentissement de la croissance économique avant toute décision sur ses taux.

En revanche, il n’a pas employé la formule classique de la BoJ selon laquelle après une période de marasme, l’économie japonaise renouerait avec le chemin d’une croissance modérée.

« C’est peut-être le signe que la BoJ anticipe une croissance très faible pour l’exercice fiscal en cours et l’année suivante », commente Hideo Kumano, chef économiste au Dai-ichi Life Research Institute.

LE SPECTRE D’UNE RÉCESSION HANTE AUSSI LE JAPON

L’économie japonaise s’est contractée au deuxième trimestre à un rythme inédit depuis sept ans. Les économistes estiment qu’elle est déjà en récession, ou qu’elle en prend le chemin, l’affaiblissement de la demande en produits japonais affectant les entreprises de l’archipel dont l’activité est très dépendante de l’export.

Le Japon parle de récession lorsqu’un retournement à la baisse se produit dans un cycle économique, et non à partir de deux trimestres consécutifs de contraction du produit intérieur brut (PIB), la définition communément admise.

La BoJ ne s’est pas jointe aux autres grandes banques centrales lorsqu’elles ont baissé leurs taux au début du mois, au motif que les conditions monétaires au Japon sont déjà très accommodantes et les taux à un niveau très bas – le principal taux directeur de la banque se situe à 0,5% depuis février.

Gouvernements et banques centrales à travers le monde restent sur le qui vive face à la crise financière, et un sommet est programmé aux Etats-Unis après l’élection présidentielle du 4 novembre. Takeo Kawamura, porte-parole du gouvernement japonais, a déclaré que Tokyo jouerait un rôle clé dans l’offensive internationale pour mettre fin à la crise.

Shirakawa a ajouté que la croissance économique japonaise allait probablement rester faible en raison de la baisse des revenus des entreprises et de l’affaiblissement de la demande intérieure, mais il a également répété qu’il était nécessaire de surveiller attentivement le risque d’accélération de l’inflation.

La banque centrale japonaise révisera ses prévisions économiques pour l’exercice qui s’achève en mars prochain et pour le suivant dans son prochain rapport semestriel programmé le 31 octobre. Le document inclura aussi ses pronostics pour l’exercice 2010.

Leika Kihara, version française Gilles Guillaume

[www.lepoint.fr->www.lepoint.fr]

[Vous pouvez en discuter sur le forum Japoninfos->

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentLe gouvernement japonais estime que les Etats-Unis sont en récession
Article suivantAu Japon, une Cour supérieure rejette l’appel des travailleurs chinois de la 2e Guerre mondiale