Akie Abe, la première dame du Japon, est à New-York où elle a tenu un discours à la Fondation Ford avant de rencontrer Michelle Obama.

Akie Abe en 2007 (© White House photo by Shealah Craighead)
Akie Abe en 2007 (© White House photo by Shealah Craighead)

Akie Abe, épouse du premier ministre Sinzô Abe qui est également à New-York pour assister à l’assemblée générale de l’ONU, s’est exprimée ce jeudi 25 septembre à la Fondation Ford.

Lors de ce discours d’une quinzaine de minutes, elle a fait part de ses doutes concernant la construction, qui a déjà commencé, d’imposantes digues sur le front de mer des zones touchées par le tsunami de mars 2011.

En effet, Akie Abe se demande « si nous ne pourrions pas ajuster notre plan pour le rendre plus souple, afin de refléter les différences de chaque région ».

De plus elle ajoute que cette digue bloquera complètement la vue sur la mer et sera coûteuse à entretenir pour empêcher son délabrement. Aussi, un groupe d’ostréiculteurs de Kesennuma s’est plaint que le mur bloquait un ruissellement riche en nutriments et venant de la forêt. Enfin, la construction des digues divise les habitants de la région entre les partisans d’une construction rapide et les plus perplexes.

Lors de la séance de questions-réponses qui a suivi, la première dame a expliqué qu’elle avait décidé d’en parler à l’étranger parce que l’opinion ne s’était que peu sentie concernée au Japon.

Par la suite elle a rencontré pour le première fois Michelle Obama dans un hôtel new-yorkais. Les deux femmes se sont entretenues sur la sécurité alimentaire ainsi sur le projet du Cabinet de Shinzô Abe afin de mettre en place « une société où les femmes peuvent briller ».

Pierre-Etienne De Lazzer – sources : The Japan Times, Mainichi

close

Tous les jours gratuitement votre concentré de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. Synthétisé grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

42 Commentaires

  1. Il n’y a pas de première dame au Japon. Premièrement c’est un concept américain et deuxièmement le Japon est une monarchie constitutionnelle, l’épouse du premier ministre n’a aucune fonction spéciale dans la constitution japonaise.
    Écrire que madame Abe est la première dame est un abus de langage grossier et un manque de respect envers l’impératrice.
    Il n’y a pas de première dame en France non plus, pas plus que de premiere concubine ou première petite amies.

  2. Je ne suis pas un expert mais il me semble que construire des digues démesurées n’est pas une solution. D’abord il y a les problèmes évoqués dans l’article. Ensuite l’efficacité de telles digues me semble très aléatoire. Il faudrait que le tsunami ait lieu dans la même zone que le précédent, qu’il ne soit pas plus important, que le tremblement qui précédera ne mettra pas ces digues à mal. Des digues il y en a partout. On a vu leur efficacité lors de ce 11 mars.
    Le jeu en vaut-il la chandelle ? Demandons leur avis aux habitants des régions concernées.
    Ça sent encore les affaires de gros sous cette histoire et je suis bien content que se soit la (non) première dame qui évoque le sujet.

  3. Les reines et les impératrices ne seraient que de vulgaires premières dames?
    Ne sont-elles pas au dessus?
    Après tout, ce n’est qu’une première dame.
    Autant utiliser le terme original, la « first lady » du Japon, pour la rabaisser encore plus. 😉

  4. Thom, je crains que tu n’aies pas compris, il n’y a pas de réchauffement global, tous les relevés des températures le montrent. Malgré l’augmentation de la production de CO2 de l’activité humaine ( qui représente 4,5% du total du CO2 annuel sur toute la planète) les températures n’ont pas augmenté depuis 18 ans. Ce n’est donc pas le CO2 qui est responsable des variations de températures, le responsable est simplement le soleil.
    Seulement voilà, l’extraordinaire ego des hommes les poussent à croire qu’ils sont les maîtres de la planète pour le meilleur et pour le pire et donc que ce sont eux qui sont les responsable, entre autre, des variations du climat qui par ailleurs a toujours varié. Les hommes sont responsables de certaines pollutions, c’est certain mais se croire responsable des variation du climat est d’un orgueil démesuré.
    Les politiques jouent avec ce sentiment de culpabilité propre au monde occidental et promettent la rédemption en échange d’un acte de contrition et du paiement d’une taxe.

    • Si, il y a un réchauffement climatique global (la preuve avec l’accroissement des catastrophes naturelles, toujours plus violentes).

      Effectivement, l’humanité n’est pas la seule responsable des variations de température.

      Néanmoins, elle a sa part de responsabilité.

      Évidemment, pour réduire notre impact environnemental, taxer sera inefficace (au mieux, cela aura un effet dissuasif concernant certains comportements).

      Il faut changer notre mode de vie.

      Mais l’écrire ici est en partie hypocrite…

      • Il n’y a pas d’accroissement des catastrophes naturelles, il y a un accroissement de l’information et des données scientifiques au sujet des catastrophes naturelles et un accroissement de population là ou il y a des catastrophes naturelles.

        Prenons le cas des Philippines, il y a 50 ans la population était de 30 millions d’habitants, elle est aujourd’hui de presque 100 millions. Un typhon de même puissance de même puissance fera bien plus de victimes en 2013 qu’en 1963 surtout que l’archipel souffre d’un manque d’infrastructure ayant surement pour cause, l’instabilité politique, la dictature de Marcos, l’insurrection islamique, bien sur une corruption massive et les conséquences des bulles spéculatives des années 90, son éclatement en 97 ( c’est ce qui arrive quand les Etats jouent avec la monnaie).

        L’activité humaine est responsable de grande catastrophes, la plupart sont des catastrophes industrielles et les plus grandes sont les guerres internationales et civiles.

        • Oui, il est vrai, nous sommes très (trop?) informé-e-s, voire désinformé-e-s.

          C’est sûr que, comparées au Japon, les Philippines n’ont pas assez de moyens pour résister aux catastrophes naturelles.
          Insurrection islamique?

          A propos de l’activité humaine, jusqu’à présent, aucune théorie, aucune doctrine n’est parvenue à éviter les guerres, malheureusement…

    • aurais-tu une source fiable et assez complète sur la part de CO2 imputables aux activités humaines? je n’ai peut-être pas cherché assez ou bien pas dans la bonne direction mais tout ce qu’on trouve c’est des sites écolos qui te bombardent de chiffres effrayants, avec la tactique habituelle, prendre les unités les plus basses possibles, pour avoir des nombres à 6 ou 8 chiffres, histoire de faire flipper le gogo…

      Ca ne saurait clore le débat puisqu’une faible augmentation d’un gaz dangereux/toxique, même à la marge, peut avoir d’énormes répercussions mais quand même…

      C’est l’hystérie réchauffiste quasi-religieuse qui m’a rendu un poil réceptif aux arguments climatosceptiques…

  5. 1. Le terme « First Lady » est employé comme synonyme de « épouse du Premier ministre » en japonais. Vous pouvez constater cela en lisant les journaux en japonais, notamment.

    2. Concernant le réchauffement global, il existe un article en français très éclairant (http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=SCPO_BELAN_2012_02_0097). Résumé : « Comment sont nées les controverses climatiques ? Naomi Oreskes plonge aux racines des controverses aux États-Unis et montre combien elles sont peu scientifiques, mais bel et bien idéologiques. L’auteur dresse un parallèle saisissant entre les controverses climatiques et d’autres mises en cause de la science aux États-Unis : pluies acides, trou dans la couche d’ozone, tabagisme passif… Derrière ces polémiques se cachent des motivations politiques. »

    3. Concernant l’accroissement des catastrophes, il convient d’être plus précis. La majorité des auteurs et des assureurs admettent une hausse des risques et des catastrophes (notamment naturelles) depuis les années 1970. D’autres auteurs réfutent cette thèse : l’accroissement du nombre de catastrophe s’explique par le fait que de plus en plus de risques sont assurés, les données correspondant à des catastrophes couvertes par une assurance.

    • Permettez moi mon cher Jean-François de ne pas être d’accord avec vous, tout d’abord, l’article s’intitule  » la première dame Akie Abe à New-york » et nous avons donc une traduction en français d’un terme anglais que les journaux japonais utilisent pour copier l’appellation de « first lady » américaine, ce que je trouve à la fois d’une servilité et d’un snobisme ridicule. Ainsi même si les journaux japonais ne redoute jamais d’être ridicule, en copier les expressions est simplement un comble.

      Deuxièmement, Naomi Oreske utilise peu ou prou les mêmes méthodes que Torquemada, à savoir le changement climatique provoqué par l’activité humaine est un dogme quasi religieux et ceux qui doutent doivent périr dans les flammes de l’enfer médiatique car ce sont des hérétiques dévot de Satan, c’est à dire les sociétés pétrochimiques, le grand capital utltraturbolibéral et bien sur la Malboro mafia raciste payée par le KKK.
      L’argument central est que si vous n’êtes pas d’accord avec la vérité politique du GIEC, vous ne pouvez être que payé par les ennemis du climat.
      Cette dame oublie que, la science n’est pas source de vérité et que toute théorie doit être mise en doute, c’est la base de toute science et du progrès scientifique. Ainsi toute affirmation scientifique n’est valable que jusqu’à ce que l’on ait prouvé le contraire. Et bon nombre de scientifiques ont prouvé que les théories du GIEC sont fausses.

      Troisièmement, vous le dites vous-même, ce n’est pas le nombre de catastrophes qui augmente mais leur déclarations.

      • J’abonde. Parmi ces scientifiques anti-giec, il y a Claude Allègre, qui est plus qu’un scientifique, c’est un savant. A l’un de ses contradicteurs sur un plateau télé, il lui a envoyé : « je vous souhaite d’avoir autant de prix scientifiques que j’en ai eu dans ma carrière ».

      • Bonjour
        où sont les sources affirmant qu’il n’y pas de réchauffement climatique?

        Sinon j’ai lu que la fonte de l’artique, riche en eau douce, abaisserait la salinité des mouvements du gulf strem et finalement conduirait à un refroidissement du climat en Europe…

        • ha oui, mais ça c’est dans le film  » le jour d’après » de Roland Emmerich qui est le spécialiste des fins du mondes, on lui doit aussi « Independence Day »  » Godzilla »  » 2012″ tous des films très scientifiques en effet.

          Le climat varie, il a toujours varié et il variera toujours mais l’on ne collecte précisément les variation des températures de l’atmosphère que récemment (1970 satellites ), c’est donc l’extrapolation sur des périodes plus longues et les interprétations de ses variations ainsi que les conclusions données qui sont contestées, et ce comme dans toutes les études scientifiques qui ne peuvent pas être reproduites en laboratoire.

          Mes connaissances scientifiques étant limités, ce n’est pas cela qui m’a poussé à douter de la véracité du discours du courant dominant que l’on entend dans les médias. Ce qui m’a poussé à douter c’est la cabale et la censure menée par le courant dominant contre les scientifiques qui n’étaient pas d’accord.
          L’attitude des pouvoirs publics et des groupes de pressions écologistes contre ceux que l’on appelle les climato-septiques, Al Gore va jusqu’à dire  » négationistes » comme s’il s’agissait de la négation d’un crime contre l’humanité est étonnante. Elle rappelle la Sainte Inquisition pourchassant et punissant les hérétiques.
          Pourquoi refuser dans les magazines scientifiques la publication d’articles contradictoires? Pourquoi des scientifiques sont victimes de pressions et voient leur carrière mise à mal pour leurs positions septiques?
          Pourquoi dans les médias grand public l’on n’entend que le discours réchauffiste et que l’on dénigre les septiques? Avez-vous entendu parler du climategate ?
          Ainsi si le GIEC et les hommes politiques sont sûr de leur fait pourquoi le mot d’ordre international est d’étouffer toutes les contestations des scientifiques qui ne sont pas de leur avis?

  6. En tant qu’ancien ministre, professeur d’université, membre de l’Académie des sciences, effectivement, Claude Allègre est une grande personnalité, à qui on donne autant (voire plus) la parole qu’aux scientifiques qui en savent beaucoup plus sur le sujet. Mais Claude Allègre en France et Fred Singer aux États-Unis (ils ne sont pas climatologues) sont pourtant bien seuls parmi la communauté scientifique à réfuter le réchauffement global et la cause anthropique. D’ailleurs un autre climatosceptique, le danois Bjorn Lomborg, a récemment changé d’opinion à ce sujet.

    Ceux qui sont intéressés par cette question, en plus de l’article pré-cité, pourront aussi lire le livre « Les marchands de doute » (http://www.editions-lepommier.fr/ouvrage.asp?IDLivre=509).

  7. Vous voulez des preuves du réchauffement climatique, rien qu’en France?

    Intéressez-vous à la progression de l’olivier (plante méditerranéenne) et à celle du moustique tigre (espèce tropicale).

    Que font ces deux espèces?

    Elles migrent vers le Nord.

    Toutes vos théories et vos prix scientifiques ne valent donc plus grand-chose.

    D’ailleurs, « la science n’est pas source de vérité et […] toute théorie doit être mise en doute, c’est la base de toute science et du progrès scientifique », un conseil: balayez devant votre porte.

    Très respectueusement. 😀

    • Mais c’est ce que je fais thom, les théories ne valent que si elle peuvent être démontrées de façon empirique.

      Sur la ma terrasse à Tokyo j’ai deux magnifiques oliviers ainsi je peux noter la progression vers l’est de cet arbre méditerranéen, quand aux moustiques tigres asiatiques, c’est surement grâce à leurs petites ailes musclées qu’ils ont traversé le monde pour arriver en Europe et aux Amériques. A moins qu’en prenant le bateau…

      une article de Guy Sorman intéressant sur les motivation idéologiques des réchauffistes.

      http://www.hebdo.ch/les-blogs/sorman-guy-le-futur-cest-tout-de-suite/la-religion-climatique

      En 2008 les scientifiques avait prévenu le monde, dans 5 ans il n’y aurait plus de glace en arctique pendant l’été.

      En octobre 2013 la banquise couvrait une surface 50% supérieure à 2012.
      Les pauvres ours polaire qui parait-il devaient disparaitre bientôt à cause de la disparition de la banquise ont vu leur population augmenter de 5000 à 25000 …. du fait de l’arrêt de la chasse.

      http://www.bbc.com/news/science-environment-25383373

      Ceux qui veulent en savoir plus sur les manipulations politico-scientifiques du GIEC peuvent lire le livre du professeur István Markó « Climat : 15 vérités qui dérangent »

      http://www.amazon.fr/Climat-15-vérités-qui-dérangent/dp/2930650052/ref=pd_bxgy_b_img_y

      • Raymond Boudon parlait de théorie vraies et de théories utiles, le réchauffement climatique du à l’activité humaine est une théorie utile, elle permet de se trouver du coté du « bien » du  » moral », ce n’est pas une théorie vraie mais c’est ce que les gens veulent entendre et croire.

        • Le problème n’est pas de savoir si le moustique-tigre est arrivé en bateau ou en avion!
          Le problème est qu’il est maintenant capable de se reproduire sous des latitudes beaucoup plus nordiques que précédemment comme beaucoup d’autres espèces d’ailleurs.
          Mais la question ne porte pas sur le réchauffement de la planète. Il porte sur l’impact de l’activité humaine sur ce changement.
          Et c’est la deepslv et moi ne sommes pas d’accord.

          De toutes façons même si l’émission de CO2 par l’homme est peanuts dans ce bouleversement climatique, il n’en reste pas moins que l’homme passe son temps à saloper sa planète et souvent pour des motifs économiques ou futiles.

          • Entièrement d’accord, Telly.

            (le moustique tigre a pris le bateau en se réfugiant dans des pneus (endroits parfaits pour y pondre des œufs, surtout en cas de forte humidité; sachant que la plupart des pneus est faite en Asie…))

          • Le moustique s’adapte à son environnement, il y a beaucoup d’espèce invasives qui du fait des transports ont étendu leur présence sous des latitudes nouvelles pour elles et cela n’a rien à voir avec le prétendu réchauffement climatique.

            « il n’en reste pas moins que l’homme passe son temps à saloper sa planète et souvent pour des motifs économiques ou futiles. »
            Tout le monde est d’accord en général pour reconnaitre que vivre dans un espace pollué est nuisible mais il ne faut pas oublier que tous les habitants de la planète ne vivent pas dans les conditions de confort des pays développés, 80% des habitants de la terre vivent dans des pays sous développés.
            Au nom de ce nouveau colonialisme écologique, il faudrait que ces 80% n’espèrent pas vivre avec un minimum de confort pour préserver le modèle moral de l’écolomania de quelques groupes de pressions frustrés des lendemains qui ont déchanté?

            En Chine, 660 millions d’habitants sont sortis de la grande pauvreté depuis 1981, c’est à dire depuis que la Chine s’est mise peu à peu à l’économie de marché et a abandonné graduellement ses lubies communistes. Est-il futile de vouloir se nourrir, se loger, se soigner?
            Le problème c’est que les collectivistes de tous genres ont du mal à accoter que c’est l’économie de marché et la mondialisation de l’économie qui sorti de la grande pauvreté de plus en plus de monde et que c’est leur idéologie collectiviste qui les y maintenait.

      • « Sur la ma terrasse à Tokyo j’ai deux magnifiques oliviers ainsi je peux noter la progression vers l’est de cet arbre méditerranéen » lol…

        tant qu’on y est, que vaut l’argument de la fonte des calottes polaires sur Mars? C’est vrai qu’à première vue, il n’y a pas beaucoup de 4X4 dans ces parages…

  8. « Au nom de ce nouveau colonialisme écologique, il faudrait que ces 80% n’espèrent pas vivre avec un minimum de confort pour préserver le modèle moral de l’écolomania de quelques groupes de pressions frustrés des lendemains qui ont déchanté? »

    C’est bien pour cela que la seule issue est un modèle économique en décroissance. Si les pays en voie de développement augmentent leur niveau de vie nous devons baissé le notre afin de préserver l’équilibre.

    « En Chine, 660 millions d’habitants sont sortis de la grande pauvreté depuis 1981, c’est à dire depuis que la Chine s’est mise peu à peu à l’économie de marché et a abandonné graduellement ses lubies communistes. Est-il futile de vouloir se nourrir, se loger, se soigner? »

    Oui mais au prix d’une pollution galopante! Si au lieu de se précipiter en ouvrant une centrale au charbon par semaine, la Chine avait choisi une voie plus écolo leur avenir n’en eut été que meilleur. Car dans les années qui viennent le peuple paiera cette croissance forcenée par des problèmes de santé.

    • Pour la décroissance en France, je fais confiance au gouvernement socialiste de gauche comme de droite, la décroissance puis la misère.

      C’est vrai, c’était mieux qu’ils regardent les jolies éoliennes tourner quand il y a du vent pendant qu’ils n’avaient rien à manger.

        • La récession est la diminution du PIB pendant 3 moins consécutifs ( 6 mois au Japon ).

          La décroissance comme celle prônée par les groupes altermondialistes est un nouvel avatar des théories malthusiennes qui se sont toutes révélées fausses. Nous sommes plus de 7 milliards d’individus et la famine n’a jamais été moins importante qu’aujourd’hui. Les famines aujourd’hui ne sont plus que la conséquence de guerres entre Etats ou de guerres civiles et politiques collectivistes et planifiées.

          Voila ce que disait Mitterrand à propos de la décroissance : « Nous refusons la doctrine de la non-croissance, quels que soient les problèmes qui se posent aujourd’hui sur les ressources naturelles, parce que nous savons que l’absence de croissance pénalisera d’abord les plus pauvres, les plus démunis, c’est-à-dire ceux que nous voulons défendre »

          Ce que je dis à ceux qui veulent une décroissance :
          Si vous voulez partir élever des chèvres et vivre dans une cabane comme un habitant des pays pauvres, rien ne vous en empêche mais pourquoi vouloir l’imposer à tous vos concitoyens? Vous êtes libre de vos choix mais n’essayez pas de les imposer aux autres. Personne ne vous oblige de consommer, de rouler en voiture, de partir en vacances, de prendre l’avion, d’avoir un ordinateur et un téléphone.
          Si vous voulez donner vos biens à ceux qui ont rien, cela ne regarde que vous mais ne l’imposez pas aux autres.

        • Je suis d’accord avec toi, deepslv, seulement…

          Si l’on continue avec le modèle actuel, basé sur les énergies fossiles et la course au « toujours plus », la décroissance s’imposera.

          Si l’on emprunte une autre voie, plus respectueuse de l’environnement, la croissance pourra atteindre 2% (3%, grand maximum) et profiter aux plus pauvres, comme aux plus riches (nous ne vivons pour l’instant que sur une seule planète, pour rappel).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.