La perspective d’une sieste durant le travail commence à devenir une solution envisageable par de plus en plus d’entreprises japonaises pour lutter contre les erreurs commises par les salarié fatigués et en manque de sommeil.

Des salarymen en pleine sieste dans un train à Tōkyō - Photo : Tischbeinahe
Des salarymen en pleine sieste dans un train à Tōkyō – Photo : Tischbeinahe

Entre les heures supplémentaires effectuées et les longs trajets pour rentrer au domicile, les journées de travail peuvent souvent être longues. Il arrive donc que certains employés luttent contre le sommeil durant leur travail et cela s’en ressent sur leur efficacité et leur productivité. Pour enrayer ce problème, des entreprises japonaises ont décidé d’accorder un temps de sieste à leurs employés. Ces initiatives sont encouragées par des directives du ministère de la Santé qui stipulent que trente minutes de sieste en début d’après-midi peuvent aider les salariés à améliorer leurs performances. Des expériences ont été menées pour observer la différence d’impact entre une simple pause et une sieste d’environ vingt minutes. Il s’avère que la sieste permet d’être plus performant.

Si faire un somme pendant les heures de travail n’a jamais été un problème au Japon, il est clair que cette tendance est de plus en plus répandue dans les firmes nippones, et que les solutions proposées par ces dernières à leurs salariés se multiplient. C’est le cas d’une entreprise de rénovation, Okuta Corp, qui autorise ses employés à faire une sieste de quinze minutes dans l’après-midi. Quand le téléphone sonne, c’est un collègue qui répond pour demander au client de rappeler plus tard. Ce système, appelé Power Nap (ou « sieste régénérante ») a été instauré par l’entreprise après qu’elle a reconnu les effets bénéfiques d’une petite sieste. Les salariés eux-mêmes ont constaté une amélioration dans leur façon de travailler.

Dans le même esprit, d’autres firmes ont pris des mesures comme l’installation de lits ou de fauteuils dans des espaces prévus à cet effet. Seulement voilà, une sieste trop longue a des effets négatifs car il faut du temps pour reprendre correctement le cours de ses pensées et les experts rappellent que ces siestes ne peuvent remplacer le temps de sommeil normal.

Si la sieste devient chose fréquente au Japon, ce n’est pas encore le cas en France, où elle est toujours considérée comme un signe de faiblesse et de paresse, malgré les nombreuses études qui prouvent ses effets bénéfiques.

Claire Bouyssou – Sources : Asahi Shimbun, Le Figaro