Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) s’est rendu lundi à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, dans le nord-est du Japon, afin d’évaluer les travaux en cours pour contenir la plus grave catastrophe nucléaire depuis vint-cinq ans.

Yukiya Amano, directeur général de l’agence des Nations Unies, avait revêtu une tenue de protection contre les radiations avant de pénétrer dans le site endommagé par un tsunami géant le 11 mars, déclenché par un séisme de magnitude 9 au fond de l’océan Pacifique.

Je voudrais évaluer ce que l’AIEA peut faire pour aider, a dit l’ancien diplomate nippon aux journalistes dans une gare proche de la centrale Fukushima Daiichi.

Je voudrais écouter ce que les équipes sur place ont à dire à propos des difficultés qu’elles rencontrent et les sentiments qu’elles ressentent à faire ce travail jour et nuit, a-t-il ajouté devant les caméras de la télévision publique NHK.

Après l’arrêt des circuits de refroidissement, le combustible nucléaire de quatre des six réacteurs de la centrale a commencé à entrer en fusion, provoquant des explosions et des rejets radioactifs à des dizaines de kilomètres alentour.

Quelque 80.000 personnes habitant dans un rayon de 20 kilomètres autour du site atomique ont été forcées de quitter leur domicile.

M. Amano doit rencontrer au cours de la semaine des responsables politiques japonais pour discuter de la sûreté nucléaire.

Dans un rapport rendu public en juin, l’AIEA a critiqué la réaction du Japon après l’accident de Fukushima, pour n’avoir notamment pas mis en oeuvre la convention d’assistance prévue par l’agence en cas d’accident nucléaire.

Cette convention régit la coopération entre Etats et avec l’AIEA pour organiser l’aide, la sécurité et la communication le cas échéant.

Lors d’une version préliminaire du rapport, l’agence avait souligné que les risques de tsunami avaient été sous-estimés, mais avait salué la réaction exemplaire du Japon face à la catastrophe.

L’opérateur de la centrale accidentée, Tokyo Electric Power (Tepco), espère parvenir à refroidir les réacteurs et maintenir la température du combustible sous les 100 degrés Celsius d’ici à janvier.

© 2011 – Romandie.com TOKYO – (©AFP / 25 juillet 2011 11h27) – Article original

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentAsiana Airlines revient à Sendai
Article suivantVote d’une 2ème rallonge budgétaire de reconstruction, une 3ème à suivre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.